Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Point de vue : Le Printemps arabe, une année déjà !




Le soulèvement de la jeunesse arabe s’est  déclenché en Tunisie il y a une année, pour atteindre ensuite l’Egypte, le Yémen, la Libye et continuer pour le moment en Syrie.
Quel bilan peut-on établir de ce mouvement d’indignation qui a fait des émules au-delà des frontières arabes ?
On peut dire qu’il a connu des  fortunes diverses, et a été particulièrement frustrant pour les jeunes qui sont sortis des jours durant pour battre le pavé affrontant la répression souvent féroce des sbires des régimes autocratiques en place.
En Tunisie, en Egypte, en Libye ou encore au Yémen, les dictateurs au pouvoir ont été ébranlés. Si en Tunisie, en Egypte ou au Yémen, les despotes qui régnaient avec une main de fer ont été obligés d’abandonner le pouvoir et de connaître une sortie peu glorieuse grâce à la détermination des protestataires, un autre, à savoir Kadhafi, va connaître une fin tragique monstrueuse. C’est le sort que mérite un despote qui considérait son peuple comme des rats.
Il reste que la révolution, comme c’est le cas d’ailleurs à travers l’histoire, n’aura pas profité à ceux qui l’ont initiée. Les jeunes Tunisiens et Egyptiens ont été par exemple surpris par les islamistes qui attendaient leur heure.
Longtemps combattus par les régimes en place, ils ont su tirer leur épingle du jeu le moment venu pour confisquer la révolution à leur profit sans coup férir.
On comprendra alors la grosse déception de ces jeunes qui se sont sentis trahis.
Il faut dire que les islamistes étaient soutenus par les masses populaires, qu’ils avaient su entretenir à des moments difficiles grâce à des actions caritatives. Donc, ils ont profité de la misère du peuple pour arriver au pouvoir par les urnes.
Les jeunes et les modernistes se sont trouvés piégés. La loi du nombre n’a pas joué en leur faveur.
Cependant, ce n’est pas pour autant qu’ils doivent baisser les bras et renoncer ! Ce n’est que partie remise. Ils doivent poursuivre leur lutte, et le combat ne fait que commencer pour eux afin d’asseoir une véritable démocratie dans leurs pays. Les islamistes ne tarderont pas à montrer leurs limites et révéleront leurs vrais visages de despotes comme ce fut le cas des régimes défunts. Ce jour-là, les peuples se réveilleront et sonneront le glas des opportunités et des apprentis sorciers.

Youssef BENZAHRA
Vendredi 16 Mars 2012

Lu 644 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs