Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Point de vue : Le Printemps arabe...russe !




En Russie, les manifestations se succèdent malgré des déclarations rassurantes du président Dmitri Medvedev. Les protestataires réclament l’annulation des dernières élections de la Douma qui ont donné vainqueur le parti du Premier ministre Vladimir Poutine et l’organisation d’une nouvelle consultation électorale.
La majorité des Russes estiment que les dernières élections législatives ont été truquées. Ils ont été confortés par la déclaration du Conseil des droits de l’Homme de Moscou qui se prononce en faveur d’un nouveau scrutin.
Le Premier ministre actuel et candidat à la présidence de la Russie en remplacement de Medvedev, Vladimir Poutine, ne semble pas faire l’unanimité parmi les Russes, que ce soit parmi le peuple ou les intellectuels. Il en va de même pour le père de la Perestroïka, Mikhail Gorbatchev qui demande, lui, tout simplement le départ immédiat de Poutine qui a cumulé plusieurs mandats à la tête de la Russie. Pour Gorbatchev ancien dirigeant soviétique et prix Nobel de la paix, Poutine a fait son temps et son départ ne sera pas dramatique !
Sauf que Vladimir Poutine ne veut pas lâcher du lest ! Il a été jusqu’à comparer ses opposants de singes ! Il estime que les  élections législatives du 4 décembre se sont déroulées normalement et qu’il n’y a pas lieu de les annuler.
Ce n’est pas l’avis de la majorité des Russes qui affirment que si leurs doléances ne sont pas satisfaites, on peut craindre le pire voire une révolution.
Pour débloquer la situation, le président russe Dmitri Medvedev a cherché à jouer les pompiers en annonçant des concessions visant à refondre le système politique, en rétablissant notamment l’élection au suffrage direct des gouverneurs des régions, mesure qui avait été suspendue en 2004. Le chef du Kremlin a aussi annoncé un assouplissement des règles d’enregistrement des partis politiques.
Ces mesures n’ont pas satisfait les opposants comme on pouvait s’y attendre. Ils estiment que ces ouvertures sont trop timides et trop tardives ! Et puis, elles ne prendraient effet qu’en 2016 ; d’ici là le nouvel ancien président Vladimir Poutine pourra toujours les annuler ou les modifier.
Ainsi la Russie se trouve-t-elle à son tour atteinte du syndrome du Printemps arabe. Elle vit le mouvement de contestation qui a éclaté dans des pays arabes pour être relayé en Europe et en Amérique.
Il va sans dire que l’événement majeur de l’année 2011 aura été sans conteste le Printemps arabe !

Youssef BENZAHRA
Mardi 27 Décembre 2011

Lu 750 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs