Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Point de vue : La fuite en avant du régime syrien




Point de vue : La fuite en avant du régime syrien
Le régime de Bachar Al-Assad aux abois cherche à internationaliser le conflit qui l’oppose à son propre peuple.  Une nouvelle fois, il s’attaque à son voisin turc. Après avoir abattu il y a quelques mois un chasseur turc qui a soi-disant violé l’espace aérien syrien avant de reconnaître plus tard sa bévue, des bombes syriennes sont tombées sur un village turc limitrophe causant des morts et des blessés ainsi que des dégâts matériels. D’autres obus syriens sont tombés sur le territoire turc provoquant aussitôt la riposte des autorités d’Ankara.
Les dirigeants turcs affirment que leur pays n’a pas l’intention d’engager la guerre avec la Syrie, mais la Turquie réagira chaque fois qu’elle est agressée.  Le régime de Bachar Al-Assad voudrait-il tester ainsi la réaction des dirigeants turcs ou chercherait-il à desserrer la pression que lui fait subir l’Armée libre syrienne, sinon voudrait-il, de guerre lasse, étendre son conflit aux pays voisins ?
Une chose est sûre, Bachar Al-Assad et la clique encore au pouvoir à Damas sont aujourd’hui aux abois.
Le déploiement de tous les types d’armements et le soutien des milices ne sont pas venus à bout des forces d’opposition de plus en plus organisées, mieux aguerries et plus que jamais déterminées à en finir avec les despotes au pouvoir.
Aujourd’hui, la Syrie est à feu et à sang. Toutes les villes, toutes les localités, même celles  inscrites au patrimoine mondial sont sous le feu nourri des chars, des mortiers et des chasseurs MIG faisant des milliers de victimes. Le bilan est estimé depuis le déclenchement des événements à  23.000 entre morts et blessés. L’atrocité des attaques contre  la population a poussé  des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants à prendre le chemin de l’exode pour se réfugier en Jordanie, en Turquie et même dans de lointains pays.
Pourtant, les très rares pays qui soutiennent le régime de Bachar Al-Assad, autrement dit l’Iran et la Russie, qui a usé,  une fois encore, de son veto pour éviter une condamnation du Conseil de sécurité de l’Onu, avaient demandé à leur protégé de se montrer plus circonspect et de s’abstenir d’envenimer le conflit plus qu’il ne l’est actuellement, et de ne pas céder à sa folie d’utiliser éventuellement l’arme chimique.
En effet, Bachar Al-Assad, à la dérive, semble prêt à s’engager dans toutes les aventures hasardeuses, voire dangereuses pourvu qu’il sauve son régime. Pour combien de temps encore, et surtout… dans quelle condition ?


Youssef BENZAHRA
Lundi 8 Octobre 2012

Lu 424 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs