Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Point de vue : La Grèce, l’enfant malade de l’Europe




Après moult pourparlers et discussions entre les différentes formations politiques grecques pour former un nouveau gouvernement, tout le monde s’est rendu à l’évidence qu’il faudrait débloquer la situation en organisant de nouvelles élections afin d’obtenir une majorité capable de diriger le pays  et de sortir de la crise. Toutes les combinaisons politiques et les unions possibles ont été envisagées, mais sans succès. Un moment, il a même été pensé à avoir recours à un cabinet de technocrates pour prendre en charge les affaires du pays en vue de concilier entre les injonctions des bailleurs de fonds et la population qui ne peut plus supporter le joug de l’austérité.
Dans cette impasse politique, on avait craint le pire. C’est-à-dire, un coup d’Etat militaire avec le retour des colonels qui avaient dirigé la Grèce en 1974.
Les Grecs et avec eux les Etats européens vont devoir patienter d’ici le 17 juin prochain pour espérer trouver enfin le gouvernement  qui conviendra à tout le monde, mais dans quelles conditions ?
Si certains ne désespèrent pas de sauver la Grèce, d’autres s’attendent et se préparent même au pire, à savoir la sortie du pays de la zone euro. La chancelière allemande Angela Merkel, et le nouveau président français, François Hollande, qui ont eu une première rencontre, ont réaffirmé la disposition de leurs pays à soutenir la Grèce afin de surmonter sa crise. C’est le cas aussi du Premier ministre luxembourgeois qui est, en même temps, le président du Conseil économique européen. Il repousse l’idée même d’exclusion de la Grèce de la zone euro.
Par contre, la Présidente du FMI, la Française Christine Lagarde, ne craint pas de dire que les jeux sont faits et qu’il faut déjà se préparer à ce que la Grèce abandonne l’euro pour retrouver leur monnaie nationale, le drachme. Si cela devait être le cas malgré tout, la contagion risque de gagner d’autres pays européens en crise. Et cela annoncerait le début de la fin de la monnaie unique européenne.
Donc la vie de l’euro tient à la santé économique et financière de la Grèce.
Alors tout le monde retient son souffle en attendant la sortie de crise d’Athènes.

Youssef BENZAHRA
Jeudi 17 Mai 2012

Lu 397 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs