Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Point de vue : Est-ce la fin de la lune de miel entre Sarkozy et Merkel ?




La crise financière  qui a été à l’origine de la naissance du tandem franco-allemand sur la scène européenne serait-elle en train de briser cette belle entente affichée?
Il faut croire que oui! Du moins si on sait que la France ne verrait pas d’un bon œil la nomination d’un Allemand à la tête du groupe Euro en remplacement du Premier ministre luxembourgeois Jean Claude Junker.
Si tel est le cas, l’Allemagne pourrait avoir la mainmise sur les institutions européennes. Un dessein que ne partage pas la France. D’autant que Paris et Berlin se disputent le leadership des instances de l’économie européenne.
L’Allemagne et la France ne sont pas les seules à vouloir briguer la présidence du groupe Euro. D’autres pays sont en lice. C’est le cas de l’Autriche qui, elle aussi, refuse de voir un Allemand succéder au Luxembourgeois Junker à la tête du groupe Euro.
En dehors de la France et de l’Autriche qui se sont déclarées ouvertement contre la nomination d’un Allemand  pour diriger le groupe Euro, d’autres pays se manifestent plus discrètement et souhaiteraient prendre en charge la direction de la zone Euro ainsi que les instruments de sauvegarde de l’Europe du marasme économique.
La chancelière allemande est loin de s’avouer vaincue, et ne veut pas renoncer aussi facilement  à obtenir gain de cause.
Angela Merkel s’est lancée dans une campagne de séduction auprès de pays européens afin de solliciter leur soutien pour porter son ministre des Finances à la tête de la zone Euro.
Le ministre allemand connu pour ses qualités dans le domaine financier pourrait avoir des  chances de remplacer le Premier ministre luxembourgeois malgré l’opposition déclarée de la France et de l’Autriche. Mais il souffre d’un handicap, à savoir qu’il n’est qu’un simple ministre. Le poste de chef de la zone Euro est réservé à des chefs d’Etat ou à défaut à des Premiers ministres, ce qui n’est pas le cas du protégé d’Angela Merkel.
Un chef d’Etat ou un Premier ministre est à même de discuter d’égal à égal avec ses homologues en cas de crise.
Des candidats répondant à ce critère sont proposés, notamment le Premier ministre italien Mario Monty qui est en train de sortir son pays de la crise financière.
A cause d’un poste de responsabilité au sein de l’Europe, la belle entente jusqu’ici affichée entre Nicolas Sarkozy et Angela Merkel est en train d’être écornée.

Youssef BENZAHRA
Mercredi 4 Avril 2012

Lu 548 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs