Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Point de vue : Camp David, 33 ans après…




33 années après, que reste-t-il des accords de paix de Camp David signés entre Israël et l’Egypte sous l’égide des Etats-Unis?
Pratiquement aucun progrès notable, on serait tenté de dire. Un pas en avant et deux en arrière.
Si aucune avancée n’est enregistrée, la cause en revient aux Israéliens évidemment, et cela sans parti prix aucun. D’ailleurs à Tel Aviv comme au Caire, des critiques sont apparues, le 26 mars, jour anniversaire des accords de paix signés solennellement entre le Premier ministre israélien Menahem Begin et le président égyptien Anouar Sadat en présence du président américain Jimmy Carter.
Certes, grâce à ces accords, l’Egypte a recouvré le Sinaï occupé lors de la guerre de 1967 et permis d’établir un semblant de normalisation des relations entre Tel Aviv et Le Caire, mais ce traité qui devait normalement  ouvrir la voie à la paix entre Israéliens et Palestiniens, et au-delà dans la région du Proche-Orient n’a pas répondu aux attentes souhaitées.  Si du côté arabe, on a montré de la bonne volonté, les Israéliens, eux, n’ont jamais été sincères. Des politiques et des responsables israéliens reconnaissent en effet qu’ils ont laissé passer l’occasion d’établir la paix avec les Arabes grâce à l’opportunité offerte par la signature des accords de Camp David, le 26 mars 2002. En dehors de restituer aux Egyptiens, à contrecœur le Sinaï, les Israéliens ont, dès lendemain des accords de Camp  David, entrepris d’étendre la construction des colonies.  Ils ont fait aussi avorter les discussions sur l’établissement d’une autorité palestinienne indépendante et attaqué les installations nucléaires irakiennes. Ainsi, dès le départ, les Israéliens ont montré leur mauvaise foi.  Il reste que l’actuel président israélien Shimon Peres, qui a un rôle somme toute honorifique, indique que malgré le doute que nourrissent certains à l’égard des accords de Camp David, le traité signé à Washington a permis d’établir néanmoins, la paix avec l’Egypte. Ce qui n’est pas rien. Et malgré tous les aléas, il tient toujours.  Du côté égyptien, les avis diffèrent. Si des officiels égyptiens affirment que Le Caire demeure attaché à tous ses engagements et notamment vis-à-vis des accords de Camp David, il y a ceux qui estiment que le traité signé avec Israël n’a pas apporté tous les résultats escomptés puisqu’il devait constituer le début  d’une paix globale entre Israéliens et Arabes. Or ce n’est pas le cas. Les accords de Camp David ont enfermé plutôt l’Egypte dans des relations tripartites égypto-israélo-américaines particulières qui ont, au fil du temps, isolé de plus en plus Le Caire sur le plan régional et arabe.

Youssef BENZAHRA
Samedi 31 Mars 2012

Lu 610 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs