Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Plus que louche et foncièrement marocophobe : Un rapport officiel espagnol étale des statistiques fantaisistes dégoulinant de xénophobie




Les stéréotypes et les préjugés sur les migrants ont la peau dure.   La figure menaçante du migrant délinquant continue à hanter l’imaginaire collectif européen. Et les Marocains ne font pas l’exception. Ils auraient commis, selon un rapport du secrétariat d’Etat espagnol à la Sécurité, cité par le site Lagaceta, 18% des 300 homicides enregistrés  en 2015, soit une augmentation de 30% par rapport à 2014.   Ils représentent également 10%  de la population carcérale  et 25 % des détenus étrangers dans  les prisons espagnoles.
La communauté marocaine qui s’élève à 700.000 personnes soit 1,5% de la population espagnole, occupe, toujours selon ledit rapport, la deuxième place du podium des crimes commis par les étrangers derrière les Roumains. Ces deux nationalités sont responsables de 20.000 crimes commis en 2015 dans la péninsule Ibérique, a révélé le rapport en précisant que les Marocains sont plus violents puisqu’ils  sont à l’origine  des meurtres, des viols, de la violence contre les femmes et du trafic de drogue.       
Selon le site  Lagaceta, les membres de la Brigade des étrangers relevant de la police nationale espagnole impute la hausse du taux de criminalité parmi les ressortissants marocains à des raisons religieuses,  culturelles et sociales.  Ces policiers pensent que la religion islamique est la principale cause de la délinquance puisqu’ils estiment que l’islam est incompatible avec les lois européennes notamment en ce qui concerne le traitement des femmes. La preuve, selon eux, ce sont les nombreux crimes commis au sein des familles.   
Concernant les  facteurs cultuels et sociaux, les membres de ladite brigade estiment que tous ces Marocains proviennent d’une zone géographique où le  droit à la vie et aux biens n’est pas respecté et qu’ils ont déjà des antécédents criminels dans leur pays d’origine.
Faut-il prendre ces chiffres au sérieux ?   Absolument pas, puisque ces statistiques suscitent plus d’interrogations  qu’elles n’apportent de réponses.  En fait, de qui parle-t-on ? Ces chiffres sont basés sur quels critères ? Celui de   la nationalité des personnes condamnées  ou leur origine ? S’agit-il de personnes qui ont acquis la nationalité espagnole ou de leurs descendants ? Sont-ils de la première, de la deuxième, de la troisième ou de la quatrième  générations ?  Qu’en est-il du statut de ces migrants (réguliers ou irréguliers, ressortissants étrangers ou naturalisés) ? Qu’en est-t-il de leurs conditions sociales (accès ou non au travail légal, inscription à la sécurité sociale, etc.) ?
Mais au-delà de ces interrogations, les Marocains seraient-ils plus portés sur la délinquance que les Espagnols ? La réponse est on ne peut plus négative. Ainsi si une forte proportion de Marocains sont condamnés pour homicide,  viol ou violence, c’est parce que ce sont  des étrangers qu’on peut facilement  dénoncer auprès de la police ; laquelle peut aisément les identifier et les traquer sans prendre de gants. Et ce n’est pas le cas pour les Espagnols dits de souche dont bon nombre de crimes ne sont ni dénoncés, ni soumis à la justice.   Ceci d’autant plus que le genre de crimes commis par des étrangers donne plus d’autonomie d’action aux policiers  et permet des placements illégaux en garde à vue ainsi qu’une large palette de qualifications judiciaires.
Le fait que les Marocains représentent 18 % des condamnés  et 10 % des détenus ne peut donc être expliqué par la seule gravité des délits commis. Si les Marocains sont si nombreux derrière les barreaux, c'est parce qu’ils sont souvent lourdement sanctionnés. En effet, les étrangers subissent des peines plus lourdes que les nationaux,  bénéficient moins de condamnations avec sursis et de plus de peines d’emprisonnement ferme et plus longues que les nationaux.
A ce propos, Salvatore Palidda avait indiqué, il y a quelque temps, dans un article intitulé « La criminalisation des migrants », que les arrestations, les incarcérations et les condamnations des migrants ont été en augmentation constante depuis les années 1990  dans les pays de l’Europe du Sud et que leur nombre a été supérieur à celui afférent à l’augmentation de la population  immigrée qui demeure,  dans des proportions relativement modestes (toujours moins de 2% de la population totale). Il a constaté également une substitution progressive des immigrés aux nationaux en particulier parmi les jeunes accusés de délits de rue (tentative de vol, vol, détention et trafic de drogue, etc.)   et que la grande majorité des délits attribués aux immigrés concerne des infractions aux normes relatives à l’immigration. Au cours des dernières années, tant en Italie qu’en Espagne et en Grèce,  on observe, selon l’auteur, une certaine diminution du nombre de détenus nationaux et une hausse de celui des détenus immigrés.  

Hassan Bentaleb
Vendredi 13 Mai 2016

Lu 1437 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs