Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Plus de 70 morts dans des violences en Centrafrique

Mission difficile pour les soldats français et la Misca




Plus de 70 morts dans des violences en Centrafrique
Des combats entre chrétiens et musulmans ont fait plus de 70 morts dans une localité de Centrafrique située à une centaine de kilomètres à l'ouest de la capitale, Bangui, a déclaré lundi un responsable de la police.
Les violences ont éclaté à la fin de la semaine dernière à Boda. Des chrétiens ont attaqué des musulmans après le passage d'ex-rebelles de la Séléka, majoritairement musulmans.
"Le maire (de Boda) m'a dit qu'il y avait plus de 70 morts. Plus de 30 maisons ont été incendiées", a déclaré Elie Mbailao, commissaire de police de la ville de Mbaiki.
Il a ajouté que des habitants de la localité s'étaient affrontés avec des armes à feu et des machettes.
L'ampleur de ces nouveaux affrontements souligne une fois de plus la difficulté de la mission confiée aux 1.600 soldats français de la force Sangaris et aux quelque 5.000 soldats de la force africaine Misca chargés de restaurer l'ordre en Centrafrique.
Les affrontements entre ex-Séléka, membres des milices d'autodéfense anti-Balaka majoritairement chrétiens, et anciens soutiens du président François Bozizé, renversé par les rebelles en mars 2013, ont fait des centaines de morts et déplacé un million de personnes environ, soit le quart de la population du pays.
L'Assemblée nationale se prononcera par un vote le 26 février sur la prolongation après début avril de l'intervention française en Centrafrique, commencée début décembre, a annoncé mardi le ministre des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies.
Ce vote, que prévoit la Constitution et qui aurait dû intervenir durant le mois de mars, a été avancé car le Parlement suspend ses travaux pendant cinq semaines à partir de la fin février pour cause d'élections municipales.
Le déploiement des soldats étrangers, essentiellement déployés à Bangui, pas plus que le départ du président Michel Djotodia, installé au pouvoir par la Séléka, n'ont permis de rétablir le calme.

REUTER
Mercredi 5 Février 2014

Lu 90 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs