Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Plus de 2.400 migrants au large de la Libye depuis mardi

Les autorités de Tripoli rejettent le gouvernement d'union




Plus de 2.400 migrants ont été secourus depuis mardi au large de la Libye et trois corps sans vie ont été récupérés, ont annoncé mercredi les gardes-côtes italiens, qui coordonnent ces opérations depuis Rome.
 Après plusieurs semaines de calme relatif dans le sud de la Méditerranée, 951 migrants ont été secourus mardi, dont 615 par la marine allemande, ont expliqué les gardes-côtes italiens.
 Les migrants recueillis par le navire Frankfurt-am-Main sont arrivés en début d'après-midi au port de Pozzallo, dans le sud de la Sicile.
 Mercredi, un total de 1.467 migrants, dont des dizaines de mineurs, a été secouru à bord de 12 embarcations. Une partie a déjà débarqué sur l'île de Lampedusa et d'autres faisaient route vers le port de Tarente, dans le talon de la botte italienne.
 Trois corps sans vie ont également été récupérés, deux par les gardes-côtes et l'un par la marine.
 La cause de ces décès n'a pas été précisée, mais les gardes-côtes rappellent régulièrement les conditions très précaires des migrants, déjà affaiblis par des conditions de survie très difficiles en Libye, entassés sur ces embarcations de fortune et souvent asphyxiés par les émanations de carburant.
 Selon un bilan du Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (HCR) avant cette semaine, quelque 9.500 migrants sont arrivés par la mer en Italie cette année, à peu près comme l'année dernière à la même période. Dans le même temps, plus de 143.000 migrants ont traversé la mer Egée entre la Turquie et la Grèce.
 En Libye, le chaos régnant depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011 laisse la main libre aux réseaux de passeurs, qui organisent souvent les départs par vagues vers l'Italie, en fonction en particulier des conditions météorologiques.
 Fin janvier, plus de 2.500 migrants avaient ainsi été secourus en quatre jours, dont 1.270 pour la seule journée du 26 janvier.
Par ailleurs, les autorités libyennes non reconnues par la communauté internationale ont rejeté mercredi la proclamation sans vote d'un gouvernement d'union nationale issu d'un accord parrainé par l'ONU et refusé son installation à Tripoli.
 "Un gouvernement imposé depuis l'étranger ne bénéficiant pas du consensus des Libyens" (...) "n'a pas sa place parmi nous", a indiqué dans un communiqué le gouvernement de Tripoli.
 Il est le premier des deux gouvernements rivaux libyens à réagir à la proclamation samedi de l'entrée en fonction d'un cabinet d'union nationale. Les autorités reconnues par la communauté internationale, qui siègent à Tobrouk (est), sont restées silencieuses.
 L'entrée en fonction de ce gouvernement d'union nationale a été proclamée par le conseil présidentiel, un organe composé de membres de factions rivales libyennes et mis en place par un accord interlibyen négocié en décembre sous l'égide de l'ONU.
Cet accord prévoyait cependant que, pour entrer en fonction, le gouvernement d'union doive bénéficier d'un vote de confiance du Parlement de Tobrouk, ce qui n'a pas eu lieu.
 Le conseil présidentiel a justifié sa décision samedi en affirmant que le gouvernement d'union était soutenu par la centaine de parlementaires du Parlement de Tobrouk qui avaient affirmé le mois dernier avoir été "empêchés par la force" de voter.
 Dimanche, les Etats-Unis, la France, l'Italie, la Grande-Bretagne et l'Allemagne ont appelé le gouvernement d'union à s'installer rapidement à Tripoli et "les institutions publiques libyennes à faciliter un transfert ordonné et pacifique du pouvoir".
 Dans son communiqué, le gouvernement de Tripoli n'a pas écarté la possibilité qu'un gouvernement d'union s'installe dans la capitale mais à condition qu'il soit "issu d'un accord libyo-libyen", sans ingérence étrangère, et que ses membres soient choisis "en Libye".
 Le chef désigné du gouvernement d'union, l'homme d'affaires Fayez al-Sarraj, n'est pas en Libye, ni certains de ses ministres.

Vendredi 18 Mars 2016

Lu 469 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs