Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Plus de 100.000 morts depuis le début de la révolte en Syrie

L'ONU rejette toute solution militaire au conflit




Plus de 100.000 morts depuis le début de la révolte en Syrie
Au moins 100.191 personnes, en majorité des civils, ont été tuées en Syrie depuis le début du soulèvement contre le régime du président Bachar al-Assad qui s'est transformé en une guerre civile après avoir été écrasé dans le sang, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Ce bilan comprend 36.661 civils, 18.072 rebelles et 25.407 membres de forces gouvernementales, a indiqué cette ONG qui se base sur un large réseau de militants et de sources médicales et militaires à travers le pays.
Par ailleurs, le sous-secrétaire général de l'ONU aux affaires politiques, M. Oscar Fernandez-Taranco, a affirmé mardi devant le Conseil de sécurité qu'il n'y avait pas de solution militaire au conflit en Syrie, ajoutant qu'un appui militaire direct aux parties en conflit ne fait qu’anticiper une escalade de la violence.
 ''Une solution au conflit en Syrie et dans d'autres parties du Moyen-Orient est possible si des engagements courageux et mutuels sont pris aux niveaux national, régional et international pour les régler, et ce, non pas par la guerre ou la violence, mais par des moyens pacifiques'', a déclaré M. Fernandez-Taranco devant les membres du Conseil de sécurité lors de la séance dinformation mensuelle sur la situation dans cette région.
Le Moyen-Orient, a-t-il poursuivi, ''vit des jours dangereux et tragiques, et le fléau de la guerre détruit, une fois de plus, des vies humaines et les espoirs''.
 A ce propos, il a regretté que la tragédie humaine se poursuive en Syrie et que ses pays voisins, en particulier la Jordanie et le Liban, absorbent les conséquences humanitaires de cette crise, alors qu'aucune solution ne se profile à l’horizon.
Selon lui, il y a près de 1,7 million de réfugiés syriens, en notant que les institutions humanitaires estimaient, par ailleurs, que 6,8 millions de personnes avaient besoin d’une assistance à l’intérieur du pays.
''Comme l’a réitéré à plusieurs reprises le Secrétaire général de l'ONU, il n’y a pas de solution militaire au conflit'', a insisté M. Fernandez-Taranco.

AFP
Jeudi 27 Juin 2013

Lu 190 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs