Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pleine lucarne : Un brin d’humilité SVP !




Se voir plus beau et plus fort que ses adversaires, alors que la réalité est tout autre. En tout cas, bon nombre de commentateurs du terroir sur plus d’une chaîne pensent ainsi, mettant l’équipe nationale du Maroc sur une orbite qui, apparemment, ne lui sied nullement.
Aller vite en besogne, en tonnant qu’un sparring-partner comme le Canada ne servira en aucun cas la préparation du Onze national pour les prochaines échéances. Et de poursuivre que la formation nord-américaine n’est pas à la hauteur et ne devra pas permettre au sélectionneur national Hervé Renard de se faire une idée juste sur ses poulains qui, d’ailleurs, il les connaît mieux que quiconque du fait qu’il est en fonction depuis l’entame de l’année en cours, comptant dans son escarcelle pas moins de six matches avec l’EN.
Dire que le Canada est un adversaire faible, l’équipe du Maroc, faut-il le reconnaître, ce n’est pas le Brésil, ni l’Allemagne, ni un autre gros calibre du football mondial, en atteste son classement à l’échelon continentale. En étant retenu parmi les sélections qui ont hérité du troisième chapeau à l’occasion du tirage au sort de la CAN 2017, le Onze national ne fait donc pas partie des têtes de série, encore moins un abonné du second pot, ce qui veut dire qu’un peu ou un semblant d’humilité de la part des commentateurs serait le bienvenu.
Pourquoi choisir l’adversaire canadien alors que les responsables de l’EN auraient pu opter pour un autre sparring-partner, ajoute lesdits commentateurs, estimant qu’il était beaucoup plus approprié de saisir la présence du Cameroun du côté de Blida après avoir affronté en fin de semaine l’Algérie pour le compte de la première journée des éliminatoires du Mondial ?
Effectivement, cela aurait été judicieux de croiser le fer avec le Cameroun, sauf qu’il faut se dire qu’ un sparring-partner fixe le calendrier de ses matches tests selon ses besoins (Le Maroc et le Cameroun figurent dans le même pot (3) du tirage au sort de la CAN). Et en cette date du 11 novembre 2016, la sélection marocaine ne devrait pas faire les affaires du Cameroun qui a déjà joué l’Algérie et qu’il ne rencontrera pour la deuxième fois dans la course au Mondial qu’au début d’octobre 2017. En l’espace d’une année, beaucoup d’eau aura coulé sous les ponts.
Bref, l’important est de saisir toutes les dates FIFA et de donner la réplique à des adversaires de divers horizons, d’Afrique en premier, mais aussi d’autres continents en perspective de décrocher le Mondial.

Mohamed Bouarab
Jeudi 13 Octobre 2016

Lu 543 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs