Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Planter les graines d’un avenir plus rose en Afghanistan




Créer un jardin botanique au coeur de la capitale afghane. Telle est l'ambition d'un institut scientifique britannique décidé à redonner aux Kaboulis le goût des roses en refleurissant leur ville détruite par la guerre.
Le Jardin botanique royal d'Edimbourg (RGBE), dont l'histoire remonte à 1670, projette de bâtir, avec la faculté agricole de l'université de Kaboul, un site de quatre hectares où les futures générations d'Afghans à la main verte pourront apprendre les techniques horticoles.
Des experts du RGBE se sont rendus à Kaboul pour apporter leur conseil sur ce jardin. Ils espèrent qu'il sera un exemple pour d'autres projets afin de sortir un jour l'Afghanistan du bourbier de plus de trois décennies de guerre.
"Nous y voyons un fort potentiel", a déclaré Matthew Hall, un botaniste du RBGE, qui est basé en Ecosse.
Le jardin "encouragera la diversité des plantes, qui fonde tout écosystème et est fondamental pour n'importe quel pays".
Le site sera ouvert au public et fonctionnera également comme un centre éducatif où la vie des plantes pourra être étudiée scientifiquement et répertoriée suivant des catégories.
"Nous voulons accroître les capacités locales en matière de recherche", a souligné
M. Hall.
"Evidement la situation est incertaine en Afghanistan, mais nous voulons nous concentrer sur la formation de base et les techniques de terrain", a-t-il dit.
Le lopin sur lequel fleurs et arbres pourraient fleurir est encore un amas de terre informe, mais des serres et des plates-bandes sont en projet.
Mohammad Yasin Mohsini, le doyen de la faculté d'agriculture de l'université de Kaboul, estime que le jardin constituerait un attrait pour le campus et une ressource essentielle pour les étudiants dans plusieurs disciplines.
"Nous avons besoin d'un jardin botanique pour enseigner l'horticulture, mais aussi la sylviculture et même la médecine".
M. Mohsini espère également introduire des variétés de plantes venues de l'étranger qui conviendraient à la diversité du paysage afghan et amélioreraient la fragile économie rurale du pays.
Le jardinage, en particulier la culture des roses, est une ancienne tradition en Afghanistan et plusieurs tentatives ont été menées pour remplacer la culture du pavot -- dont est issue une grande partie de l'héroïne vendue dans le monde -- par de l'huile de rose destinée à l'exportation. Les pelouses de nombreux Kaboulis sont plantées de rosiers, mais le jardinage a perdu de son attrait pour les Afghans, épuisés par plus de trente ans de guerre et une insurrection des talibans qui s'intensifie.
Les jardins publics de la capitale sont mal entretenus et les grâces de la ville se cachent derrière d'hideux murs en béton renforcés par des sacs de sables pour se prémunir des explosions.
Au moins un jardin public du centre de Kaboul a été transformé en camp militaire pour abriter une partie des milliers de soldats stationnés dans la capitale transformée en forteresse.
"L'environnement afghan a été si longtemps mis sous pression qu'un bon nombre d'espèces pourraient réellement être menacées d'extinction", a conclu M. Hall.

AFP
Vendredi 26 Mars 2010

Lu 143 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs