Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Plaidoyer pour une prise en charge adéquate des personnes âgées




Plaidoyer pour une prise en charge adéquate des personnes âgées
Les progrès enregistrés dans le domaine médical, les multiples actions entreprises par la santé publique : généralisation de la vaccination, élargissement de l’infrastructure sanitaire, l’élévation du niveau socioéconomique, sont autant de facteurs qui ont joué un rôle décisif dans la longévité du Marocain.
Au Maroc, on enregistre actuellement une augmentation importante de l’espérance de vie.
Cet indicateur est situé aux environs de 70 ans. Or dans les années 60, il n’était que de 47 ans.
Cependant, cette nouvelle situation, bien qu’améliorée, amène avec elle un certain nombre de problèmes qu’on peut situer à deux niveaux. Primo : la vieillesse, en tant que phénomène biologique, engendre des pathologies chroniques entre  autres, le diabète, les cardiopathies, les maladies rénales, psychologiques, les troubles de la mémoire, etc..
Secundo, il faut signaler que la prise en charge des personnes âgées nécessite une approche spécifique pour faire face à leur situation problématique. Cette prise en charge ne peut être possible que par la création de structures appropriées capables d’accueillir et de soigner ces nouvelles affections d’une part, et la formation d’un personnel compétent (médecin, infirmier, psychologue, psychiatre, etc.) dans le domaine de la gériatrie.
Jusqu’à présent, cette branche de médecine spécialisée des personnes âgées ne fait pas encore partie des soucis des pouvoirs publics compétents. Donc il est pressant que le ministère de la Santé s’attaque à cette problématique qui se pointe à l’horizon.         
La gériatrie est la médecine des personnes âgées. La gérontologie désigne l'étude du vieillissement dans toutes ses dimensions, notamment sociale, économique, démographique, psychologique, anthropologique, culturelle, médicale et autres. La gériatrie est une des composantes de la gérontologie.
Plus précisément, la médecine gériatrique est la spécialité médicale concernée par les affections physiques, mentales, fonctionnelles et sociales des malades âgés, en particulier lors de soins aigus, chroniques, de réhabilitation, de prévention et en fin de vie. Ce groupe de patients présente en général de multiples pathologies évolutives requérant une approche globale. Les affections peuvent se présenter différemment avec l’âge avancé, leur diagnostic et la réponse au traitement sont souvent difficiles, et le besoin de soutien médico-psycho-social nécessaire. Les personnes âgées sont caractérisées en effet par leur vulnérabilité du fait de leur vieillissement, des maladies et des facteurs socio-psychologiques ayant des conséquences fonctionnelles. En particulier, la polypathologie (co-existence de plusieurs maladies chroniques chez le même individu) est fréquente, ainsi que son corollaire, la polymédication (consommation chronique de plus de quatre médicaments différents).
De même, le poids de l'âge, avec la survenue d'handicaps variés (défaillances sensorielles, motrices et intellectuelles), donne lieu fréquemment à des problèmes neuropsychiques (dépression, psychoses, troubles du caractère, maladie d'Alzheimer, Parkinson, etc.) influant leur tour sur le physique de la personne.
La médecine gériatrique peut répondre à l'ensemble de ces problèmes par le caractère transversal et global de son approche médicale, en dépassant ainsi la médecine d’organe, comme la médecine interne. Elle offre également des soins supplémentaires au sein d’équipes multidisciplinaires, dans l’objectif essentiel d’optimiser l’état fonctionnel des malades âgés et d’améliorer la qualité de vie et l’autonomie. La médecine gériatrique n’est pas définie spécifiquement par l’âge [des patients pris en charge] mais doit faire face à la morbidité spécifique des personnes âgées. La plupart des patients ont plus de 65 ans, mais les principaux défis de la spécialité de médecine gériatrique concernent plus particulièrement le groupe des 80 ans et plus.
PAR BENNACEUR ZIGZI
CAP en psychiatrie, enseignant à l’ISFI Béni Mellal


Libé
Mercredi 10 Mars 2010

Lu 1123 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs