Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Plaidoyer pour un Etat civil !




Plaidoyer pour un Etat civil !
Le débat initié récemment sur les contours de l’Etat civil a eu le mérite d’expliciter les différents points de vue. La question leitmotive était, on ne peut plus claire. Quel Etat veut-on pour les Marocain(e)s? Jamais les positions n’ont été aussi clairement exprimées dans l’espace public. De quoi s’agit-il ? C’est un débat initié autour de l’espace sociopolitique à même de servir les citoyennes et les citoyens. 
Le concept? L’Etat civil est un construit historique, né dans la foulée d’une prédominance des règnes religieux. La communauté est homogène sur le plan confessionnel. Toutes les lois la régissant sont puisées dans cette source divine. Ceux qui détiennent le pouvoir, ne sont ainsi que les représentants d’un ordre céleste. En Europe, l’Etat religieux a surtout dominé au Moyen Age où la noblesse et les seigneurs s’étaient liés dans un pacte d’intérêts matériels, enveloppé dans un style religieux. Que ce soit en matière d’impôts, de valeurs ou de répartition du travail, la religion restait la source de législation. 
Les différentes révolutions survenues dans le Vieux Continent, notamment celle de 1789 en France, ont imprégné les révolutionnaires qui ont triomphé de l’ancien ordre, des principes puisés dans la pensée des Lumières: un Etat civil est ainsi mis en place.
Son édification n’est pas du tout achevée.  Il s’agit donc d’une entité conventionnelle. Les citoyens libres et responsables se mettent généralement d’accord pour édifier un Etat, selon des engagements mutuels (JJ Rousseau)… Le peuple dans ce cas est dépositaire du pouvoir et est aussi source de toutes les lois régissant la vie institutionnelle, individuelle et communautaire, de manière directe ou indirecte. Le système étatique est dès lors un produit perfectible, c'est-à-dire un construit diachronique. 
Ainsi, la pensée humaine s’est orientée vers la pensée transcendantale. La raison, la liberté, l’individualisme et puis bien après la démocratie et la citoyenneté … autant de valeurs qui ont accompagné ce changement de mode de pensée et l’accompagnent dans toutes les sociétés où s’opèrent ce genre de mutation. La dimension pluraliste s’est avérée du coup incontournable. Et l’homme choisit d’être maître de lui-même. Pour une fois, Dieu s’est retrouvé donc innocent de toutes les bavures commises en son nom. L’être humain étant libre de faire ou de ne pas faire.
L’Etat religieux, lui est une entité divine. Ce n’est donc point un produit conventionnel. Les êtres humains ont uniquement la mission d’appliquer les consignes et dispositions de  la volonté de Dieu, en tant que ses représentants sur terre. Dieu en serait alors responsable de toutes les réalisations, mais aussi de toutes les bavures et massacres. Le peuple n’est plus dépositaire du pouvoir, ni même habilité à déterminer le fonctionnement des affaires d’Etat. L’Europe a vécu cette situation avec l’Eglise, l’Iran la vit sous le pouvoir des mollahs et d’un « clergé  musulman » et Israël la vit également sous la forme de l’Etat juif, hautement exploité à des fins géopolitiques.
Dans l’espace musulman, tous les actes d’Etat depuis la mort du Prophète Sidna Mohamed, avaient un sens politique, preuve d’une relation intrinsèque entre les volets politique et religion. Ce qui avait entraîné des guerres entre musulmans. Chacun avait sa propre interprétation du texte. La raison est aux abonnés absents, ses défenseurs souffraient l’oppression politique. Les Mouâtazilites en étaient la preuve.
Il faut dire que cet espace n’a pas vécu au rythme des mêmes bouleversements sur le plan historique, mais au fond, l’on avait souvent assisté à deux clans: tendance extrémiste, et excommunicatrice, et un autre courant accordant à la raison une certaine présence dans la gestion du pouvoir politique et l’interprétation du texte coranique et de la tradition musulmane. Il faut dire qu’à chaque fois qu’une religion déclare témérairement la guerre à la raison,  elle finit par battre en retraite. La pensée arkounienne est donc toujours vivante.

Mustapha Elouizi
Lundi 27 Janvier 2014

Lu 553 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs