Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Petite avancée dans l'application de Minsk 2 avec un échange de prisonniers


Les Etats-Unis
réfléchissent à des sanctions à l’encontre de la Russie



Petite avancée dans l'application de Minsk 2 avec un échange de prisonniers

Les rebelles et Kiev ont procédé samedi à un échange massif de prisonniers dans l'Est séparatiste de l'Ukraine, un des rares pas dans l'application de l'accord de Minsk 2 qui prévoyait aussi un cessez-le-feu.
La poursuite des combats a provoqué la colère de Washington, qui a accusé les rebelles d'avoir "bafoué plus de 250 fois" la trêve et annoncé réfléchir à des sanctions "graves" contre la Russie, accusée de soutenir les séparatistes prorusses dans l'Est de l'Ukraine. Rare point positif depuis la conclusion de Minsk 2 le 12 février, 139 soldats ukrainiens et 52 combattants rebelles retenus prisonniers ont été échangés samedi à Jolobok, un village situé sur la ligne de front dans la région de Lougansk, a constaté un journaliste de l'AFP sur place.
Des soldats étaient blessés et certains se déplaçaient difficilement, bien qu'ils aient dû marcher plusieurs kilomètres dans une campagne ukrainienne frappée par les tirs d'artillerie pour arriver au lieu de l'échange.
Il s'agit du plus important échange de prisonniers depuis le début de l'année. Les accords de Minsk 2 prévoient qu'Ukrainiens et rebelles libèrent "tous les prisonniers et les otages" retenus depuis le début du conflit en avril dernier.
Les séparatistes ont précisé que plusieurs prisonniers avaient été capturés à Debaltseve. Environ 2.500 soldats ukrainiens avaient réussi mercredi à s'extirper de ce verrou stratégique, quasiment encerclé et soumis à des bombardements quotidiens des rebelles depuis un mois. Vingt soldats sont morts au cours de cette retraite, et la bataille a causé en un mois la mort de 179 soldats ukrainiens, a annoncé vendredi Iouri Birioukov, un proche conseiller du président ukrainien Petro Porochenko. Il a ajouté que 81 soldats étaient toujours portés disparus.
Malgré la signature des accords de Minsk 2 prévoyant l'instauration d'un cessez-le-feu à partir du 15 février, les rebelles avaient continué leur offensive autour de Debaltseve, dont la prise leur permet de relier les deux "capitales" séparatistes de Donetsk et Lougansk.
Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir les séparatistes en leur fournissant armes et troupes, ce que Moscou nie farouchement.
Minsk 2 prévoit également le retrait des armes lourdes du front. Mais aucune confirmation d'une telle opération - qui devait être effectuée entre le 17 février et le 3 mars - n'a pu être obtenue auprès des parties en conflit.
Kiev et les rebelles s'accusent mutuellement de poursuivre les combats, alors que des tirs d'artillerie résonnaient encore à Donetsk samedi matin, selon un journaliste de l'AFP.
Les Ukrainiens craignent que l'important port de Marioupol, dernière grande ville contrôlée par Kiev dans l'Est rebelle, devienne le nouveau point chaud du conflit.


AFP
Lundi 23 Février 2015

Lu 509 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs