Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Petit Kramer contre Kramer, version PJD

L’Egypte divise le parti de Benkirane




Petit Kramer contre Kramer, version PJD
Le malaise règne encore au sein du PJD et son bras idéologique le MUR (Mouvement de l’unicité et réforme) depuis  la destitution de l’ancien président égyptien, Mohamed Morsi par l’armée, le 3 du mois courant.
Khaled Rahmouni, membre du secrétariat général du PJD, s’en est pris à la position du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération chapeauté par son confère au parti, Saadeddine El Othmani, en ce qui concerne les événements survenus en Egypte depuis le 30 juin dernier.
Ce membre dirigeant du parti islamiste a, vertement, critiqué, dans des déclarations à la presse, le dernier communiqué du MAEC dans lequel «le Royaume du Maroc, qui présente ses condoléances à l'ensemble du peuple égyptien, réitère son appel à faire prévaloir l'intérêt national et à s'attacher aux valeurs du dialogue et de la démocratie et à déployer tous les efforts pour éviter qu'il y ait davantage de victimes ».
Selon Khaled Rahmouni, la position exprimée par le MAEC est «marquée par le flottement, l’hésitation ». Et le même dirigeant de forcer la dose en exhortant le MAEC à s’immiscer dans les affaires intérieures d’un autre Etat et en appelant l’ambassadeur égyptien accrédité à Rabat à « protester contre les crimes », selon ses dires, commis par l’armée égyptienne contre les dirigeants des Frères musulmans et leurs partisans.
Manar Selimi, président du Centre maghrébin des études sécuritaires et analyses des politiques, précise que dans plusieurs dossiers et affaires, les militants du PJD ne dressent pas de ligne de démarcation entre les affaires de l’Etat et celles du parti et croient que leurs ministres représentent le parti au gouvernement, et par conséquent, leurs décisions et positions doivent s’aligner sur celles du parti. « C’est une erreur grave », commente Manar Selimi dans une déclaration à « Libé ».
Il  note, à juste titre, que même dans les pays démocratiques tels que la France, les affaires étrangères sont un « domaine réservé », et partant « toutes les décisions dans ce domaine sont prises en fonction des intérêts de l’Etat et d’une lecture rationnelle de la réalité internationale et de ses changements et non en fonction des sentiments des militants du parti. On a vu les réactions des grandes puissances mondiales comme les Etats-Unis et l’Union européenne. Ils ont pris des positions équilibrées et prudentes, et non pas des positions sentimentales ».
« Il paraît que les dirigeants du PJD ne font pas la distinction entre les affaires de l’Etat et l’idéologie du parti », martèle-t-il. Cela montre également, selon Manar Selimi, que « le canal de communication fait défaut» et qu’il y a « un problème de leadership » au sein du parti islamiste, ce qui explique les divergences des points de vue entre les dirigeants de ce parti. Il a évoqué également des problématiques concernant les déclarations du chef du gouvernement faites parfois devant les membres des instances dirigeantes du parti et devant ses militants et relatées par la presse. « Cela sème la confusion chez les Marocains, car ils ne savent pas s’il s’agit d’un point de vue du gouvernement ou du point de vue d’un militant ».

Mourad Tabet
Jeudi 1 Août 2013

Lu 769 fois


1.Posté par boumehdi jawad le 01/08/2013 12:05
Il faut croire que le PJD se croit toujours dans l'opposition et non au gouvernement ,puisqu'il commente les évènements extérieurs sans avoir aucune influence sur eux. Mieux, le PJD n'arrive pas à cohabiter avec ses partenaires politiques dans la coalition et hors de la coalition et il veut faire entendre sa voix à l'international ? Comment cela est-il possible alors que nous croulons sous les dettes envers le marché intérieur intérieur , les prêteurs intenationaux,le FMI ,sous les déficits commerciaux avec les USA, les Emirats, la Turquie. La posture d'un pieds dedans et un pieds dehors n'est plus crédible du tout .Le PJD avec autant de députés à l'assemblée en plus de la primature doit réformer ou dégager. Les "murs" et autres poissons pilotes comme les Kettani et autres doivent se taire et arrêter de tirer dans les pattes de Benky et de Ramid le tout jeune et décoré ministre qui doit faire passer sa réforme ou s'éclipser à jamais

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs