Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Périmètres irrigués de Oued Eddahab : Une prouesse agricole dans le désert




Périmètres irrigués de Oued Eddahab : Une prouesse agricole dans le désert
Les efforts de mise en valeur agricole des terres sahariennes entrepris par les autorités depuis le retour de cette wilaya à la mère patrie ont été couronnés de succès notamment au niveau des périmètres irrigués de Oued Eddahab. Ces derniers sont destinés essentiellement à la production de primeurs sous serres.
Il y a quelques années, encore, personne  ne pouvait imaginer cet espace paradisiaque de verdure productive dans cette zone aride. Aujourd'hui, ces espaces verts qui constituent une zone de production de primeurs sont une réalité grâce aux différentes actions et programmes initiés pour encourager la réalisation d'aménagements hydro-agricoles où sont pratiquées des cultures hors sol à même de relever le défi de la compétitivité et favoriser la création de nouvelles opportunités d'emploi et d'investissement à haute valeur ajoutée.
Le climat tempéré qui prévaut toute l'année sur la bande littorale de la baie de Oued Eddahab, les encouragements que l'Etat a toujours prodigués, et l'acharnement des exploitants de ces périmètres à les rendre aptes aux différentes cultures se sont traduits, en l'espace de quelques années, par la mise en valeur d'une superficie de 500 ha de terres désertiques, dotée d'équipements de pointe.
Le début de l'année 2000 a vu  l'émergence du premier périmètre agricole, alors que la superficie des terres réservées à la production agricole dans la région ne dépassait guère les 70 hectares. Les résultats fort concluants des expériences menées depuis huit ans au niveau des bassins irrigués, notamment ceux de Tinghir et Dhar Al-Haouli, ont contribué à l’extension des surfaces agricoles et à la diversification des productions pour englober plusieurs variétés de tomates dont les tomates-cerise, les concombres, les melons et les poivrons.
Les efforts déployés par les exploitants  ont permis de transformer près de 502 hectares de terres désertiques en de verdoyants vergers où sont pratiquées plusieurs variétés de cultures  maraîchères intensives à la faveur des programmes de développement et de promotion du secteur et de mobilisation des ressources en eau dans les régions du Sud.
Selon la direction provinciale de l'agriculture à Dakhla, la superficie agricole exploitée, à ce jour dans la région de Oued Eddahab, se répartit sur sept grands périmètres, équipés des techniques d'irrigation développées, contribuant, ainsi à l’accroissement du rendement à l'hectare. Ce rendement se situe entre 120 et 220 tonnes pour les tomates. Il varie de 50 à 60 tonnes pour les melons et les concombres, et atteint les 100 tonnes pour les poivrons.
La production globale annuelle de primeurs dans la région s'élève à 35 mille tonnes, dont 20 mille de tomates, 12 mille de melons, 2.000 de concombres et 1.000 de poivrons et autres légumes.
Le secteur de production des primeurs emploie 250 travailleurs permanents et 3.500 saisonniers créant, ainsi, quelque 124 mille journées de travail annuellement.
La qualité des produits cultivés sous-serre permet aux agriculteurs d'exporter leurs productions vers les marchés extérieurs les plus exigeants en termes de qualité.
La région de Oud Eddahab Lagouira, où les activités se réduisaient à l’élevage de camélidés, essentiellement, peut actuellement se targuer d'une production agricole à grande valeur ajoutée et d'une culture de primeurs qui s'érige en expérience pionnière sur l'étendue des provinces du Sud, voire sur l’étendue de la zone saharo-sahélienne multipliant le nombre d’investisseurs privés, qui ne cesse de croître avec pour objectif de s'implanter dans la région.
S’inscrivant dans le cadre du Plan Maroc Vert, cette évolution des périmètres irrigués est amenée à se développer davantage dans le cadre du plan agricole de la région de Oued Eddahab-Lagouira.
Ce plan régional prévoit en effet l'extension des superficies consacrées aux cultures des primeurs qui doivent atteindre 1.000 ha, à l'horizon 2020 (contre 450 ha actuellement) et l'augmentation de la production sous-serre pour passer de 36.000 tonnes (fin 2009) à 76.000 en 2013 et 116.000 en 2020.
Selon les prévisions du plan agricole régional, le nombre de postes de travail fournis par le secteur agricole dans la région devrait tripler à l'horizon 2020.
La région de Oued Eddahab-Lagouira compte deux unités territoriales agricoles, la première se situe au niveau de la zone côtière et dédiée aux cultures intenses et à forte valeur ajoutée (cultures des primeurs).
Cette zone, qui s'étend sur une bande littorale longue de 100km et large de 30 km, se caractérise par un climat doux tout au long de l'année et de ressources hydriques importantes.
La deuxième zone de 12.900.000 ha, englobe l'arrière-pays. Elle est propre aux pâturages et compte des terres arides à semi-arides, propices aux activités d'élevage où se développe un cheptel important de 18.000 têtes camelines, 32.000 ovins, 25.000 caprins. 

Ahmadou El-Katab
Samedi 11 Avril 2009

Lu 291 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs