Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pepe l'équivoque




Pepe l'équivoque
Affable et souriant en dehors du terrain, le musculeux Portugais (1,88 m, 81 kg) se transforme en machine de guerre dès qu'il entre sur le pré, prêt à dépecer son adversaire: tel est Képler Laveran Lima Ferreira, que son père avait affublé de l'affectueux sobriquet de "Pepinho", plus tard devenu Pepe.
Touché aux chevilles contre les Pays-Bas dimanche (2-1), Pepe a été dispensé d'entraînement lundi pour passer des examens médicaux. Il a pris part normalement à la session de mardi avec l'ensemble du groupe.
Un Pepe en or
Pepe, né au Brésil et naturalisé portugais, a pris de l'ampleur depuis sa première cape en 2007 avec la Selecçao, où il s'est imposé en devenant le patron de la défense à la place de Ricardo Carvalho, qui, en désaccord avec le sélectionneur Paulo Bento, s'est lui-même exclu du groupe.
Dur, agressif, Pepe a confirmé ce statut à l'Euro dans les matches contre les deux favoris, l'Allemagne et les Pays-Bas. Contre la Nationalmannschaft, il parvient à neutraliser pendant tout le match Mario Gomez, qui ne marque de la tête qu'à la lutte avec Joao Pereira (défaite portugaise 1-0). Face aux Oranje, il éteint Huntelaar et fait vivre à la défense portugaise une soirée somme toute tranquille.
Homme de tête à double titre, en tant que sanguin doué dans le jeu aérien, Pepe représente également un argument offensif non négligeable. Comme à l'Euro-2008, où il avait inscrit le premier but portugais dans le tournoi (2-0 contre la Turquie), il a récidivé en Ukraine en ouvrant la marque contre le Danemark (3-2), en coupant de la tête au premier poteau un corner de Moutinho.
Déjà contre l'Allemagne, il s'était procuré la meilleure occasion de la Selecçao d'un tir qui rebondissait sur la barre et le poteau avant que le ballon ne ressorte.
Pervers Pepe
La carrière de celui qu'on surnomme parfois "l'Animal" est jalonnée d'écarts disciplinaires, parfois spectaculaires, de sa suspension pour 10 matches, après un +pétage de plombs+ à l'encontre d'un joueur de Getafe, à la main de Messi écrasée par ses soins en Coupe d'Espagne, en janvier dernier.
A l'Euro-2012, ses nerfs ont pour l'instant tenu: il a commis très peu de fautes et n'a reçu aucun avertissement, même s'il est demeuré fidèle à son style rugueux, entre rentre-dedans et +ne-lâche-rien+. Et ses détracteurs le soupçonnent aussi d'en rajouter lorsque lui-même subit des fautes...
Mais il a néanmoins souvent contesté les décisions de l'arbitre, pestant et râlant sans cesse, et l'on a même vu Pepe (29 ans, 42 sélections) gourmander son partenaire de défense centrale Bruno Alves, pourtant son aîné (30 ans, 53 sélections)...
Elu homme du match face au Danemark par l'UEFA, notamment pour avoir inscrit le premier but de la victoire portugaise (3-2), il se distingue aussi paradoxalement par deux grossières fautes de marquage qui coûtent deux buts au Portugal. Sur le premier, Pepe s'arrête et regarde en spectateur Krohn-Dehli servir Bendtner (41e). Sur le second, il est mal placé au deuxième poteau et laisse dans son dos Bendtner ajuster sa tête (80e).

AFP
Jeudi 21 Juin 2012

Lu 93 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs