Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pendant que les sages-femmes célébraient le mariage de leur collègue : Une mère accouche devant l’hôpital à Tahla




Hier, à 4 heures du matin, une femme a accouché dans la voiture de son mari devant le centre hospitalier de la ville de Tahla. Les responsables dudit centre lui y avaient refusé l’accès sous prétexte de l’absence des sages-femmes et des infirmières. Après  de vaines tentatives rythmées d’atroces cris de douleur poussés par son épouse, le mari a fini par céder. Il avait fini par transporter sa femme à l’une des cliniques privées de la ville. Le jeune père ne s’attendait pas à la grande surprise : «Nous sommes désolés mais nous ne pouvons recevoir votre femme car nous n’avons pas d’infirmières et de sages-femmes», lui ont déclaré les responsables de la clinique privée. Selon le mari, les employés des cliniques privées de cette petite ville ne sont autres que ceux exerçant dans l’hôpital relevant du ministère de la Santé. Et comme les sages-femmes et les infirmières assistaient toutes à un mariage, la mère n’avait plus qu’à accoucher toute seule dans la rue. Heureusement que le jeune couple dispose d’une voiture à bord de laquelle certaines femmes du quartier et sa mère ont fait le nécessaire pour que cet accouchement se termine bien. Et pourtant l’état de santé de la mère est toujours critique alors que le bébé se porte miraculeusement bien.
Selon les militants associatifs de la ville qui se sont mobilisés, l’accouchement a duré plus d’une heure dans des conditions inhumaines. Et d’ajouter que «la vie de la mère et du bébé étaient menacées. L’intervention de certaines femmes averties a évité le drame. D’autant que les responsables de l’hôpital ne sont même pas intervenus pour prodiguer les soins élémentaires à la mère et au bébé après l’accouchement. Et pourtant ils étaient sollicités d’offrir le strict minimum à la mère transportée chez elle dans un état critique».
Cet incident a provoqué la grogne des habitants qui ont manifesté devant le centre hospitalier. Selon un acteur associatif, plusieurs requêtes ont été adressées, le jour même, aux responsables de la Santé et aux autorités compétentes pour dénoncer la non assistance à cette mère et à son bébé né dans la rue pendant que les infirmières et les sages-femmes assistaient au mariage de leur collègue». Au moment où nous mettions sous presse, nous avons appris que la maman a été transportée d’urgence dans la voiture du père à une clinique hors de la ville de Tahla. 

Rida ADDAM
Mardi 5 Juillet 2011

Lu 838 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs