Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Peinture : La quadrature du cercle




Cela fait quelques années que la peinture au Maroc souffre d'une conjoncture difficile après avoir connu un « boom » notamment pendant les années 80. A cette époque, tous les peintres, qu'ils soient  professionnels, amateurs ou simples opportunistes de l'art, parvenaient à vendre facilement leurs tableaux.
On s'en souvient, la polémique était à son comble entre trois catégories de peintres, les professionnels, c'est-à-dire ceux qui ne vivent que de leur peinture, ceux dits amateurs ou plutôt « peintres du dimanche » comme les appelaient les professionnels et, enfin, ceux que ces deux catégories pointaient du doigt, pour avoir profité d'une conjoncture favorable conjuguée à une méconnaissance d'un certain public de l’art plastique, un public victime de snobisme et d'effet d'entraînement. Aujourd'hui,  les choses ont changé. La conjoncture n'est plus la même et elle a frappé de plein fouet ces trois catégories.
Le résultat est négatif pour tous, notamment pour ceux qui ne vivent que d'art.
La catégorie médiane, elle, a d'autres activités professionnelles, souvent bien rémunérées. La troisième catégorie a tout simplement disparu par la force de conditions objectives.
Dans ce sillage, les galeries qui foisonnaient dans les années 80, ont dû fermer boutique, du moins, bon nombre d'entre elles.
Celles qui n’ont pas mis la clé sous le paillasson souffrent et attendent que les choses s'améliorent, car même lorsqu'elles organisent des expositions, elles ne rentrent pas dans leurs frais. Ceux qui osent encore exposer aujourd'hui sont les professionnels qui espèrent vendre à des connaissances ou à des établissements. Or, ces derniers avaient dans le temps investi dans la peinture et ne voient  donc pas d'opportunités d'ajouter les mêmes noms aux collections qu'ils avaient constituées dans le temps.
C'est, à vrai dire, une équation insoluble et pour les peintres qui ne vendent plus et pour les acquéreurs potentiels qui ne voient aucun intérêt à racheter les mêmes empreintes. Les galeries sont entraînées par le courant. Beaucoup ont baissé le rideau et celles qui restent  vivotent et prient pour que demain soit meilleur.
Malheureusement rien n'est sûr. Ce qui est sûr, cependant, c'est la nécessité d'aider nos peintres professionnels qui ont fait leurs preuves de par le monde. 

Par Abdeslam Khatib
Samedi 10 Juillet 2010

Lu 229 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs