Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Peintre à cinq ans




Peintre à cinq ans
A l'âge de cinq ans, Ghassan Saada, un enfant-artiste vient d'exposer sur les cimaises de la maison des jeunes Al-Qods à Fès ses premiers tableaux, reflets d'une prouesse artistique bien précoce.
Son exposition, organisée sous le signe "Touches d'enfant", englobe une trentaine de tableaux de différentes dimensions, dont quelques-uns donnent l'impression d'être devant des œuvres "bien pensées", fruit d'une vraie recherche artistique.
Pourtant, la beauté des "œuvres" de Ghassan réside dans la liberté donnée au pinceau, la légèreté du geste, la spontanéité du jeu, l'innocence de l'imagination.
Noyé dans son costume des grands jours, il ne semble pas euphorique. Il ne cherche surtout pas à impressionner les visiteurs de l'exposition par une quelconque posture de l'enfant doué.
Contemplant ses tableaux avec une fierté à peine dissimulée ou peut-être une assurance innée, il ne quitte pas d'une semelle son père qui le soutient par des regards, des câlins, des petits mots réconfortants.
Il faut dire que sans l'encouragement de son papa, Hassan, il n'aurait sans doute pas dessiné autant de tableaux en cet âge précoce. Car, c'est bien le père, l'artiste-peintre confirmé qu'il est, qui l’avait trempé dans l'univers des couleurs, de la peinture, dès l'âge de trois ans.
En regardant son père et mentor travailler dans son atelier, le petit artiste passe son temps à découvrir et nourrir son imagination par des palettes de couleurs, de formes et de structures picturales.
En recueillant les impressions du père sur les "œuvres" de son enfant, l'on se rend bien compte du sérieux de "la démarche artistique" de son protégé.
"Ghassan inaugure un parcours artistique bien propre. Entre impressionnisme et art abstrait, il fouille avec spontanéité dans les sentiments innocents de son enfance pour les reproduire, ensuite, dans ses tableaux", confie-t-il à la MAP.
Mais loin de toutes ces considérations théorico-artistiques d'adulte, Ghassan Saada trouve un plaisir immense à poursuivre ses "jeux artistiques", à chercher une harmonie de couleurs, de lumière et de matière bien propres à lui, à étaler des facettes d'un talent qui coule dans ses veines.
 

Libé
Vendredi 4 Janvier 2013

Lu 708 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs