Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pécs se chauffe à la paille




Pécs se chauffe à la paille
A Pécs, 120.000 habitants au sud de la Hongrie, toute l’électricité et le chauffage sont produits par une centrale fonctionnant au bois et à la paille, un exemple d’une ampleur unique en Europe.
La ville, distinguée par le label de capitale culturelle européenne en 2011, profite d’une énergie à moindre coût et d’une pollution réduite.
Sa centrale thermique, la plus grande d’Europe dans son genre, est gérée par le groupe Dalkia, filiale spécialisée dans les services énergétiques des français Veolia et EDF. Après 80 millions d’euros de travaux réalisés entre fin 2010 et l’été 2013, elle a remplacé un équipement construit à l’époque communiste, et qui était déjà novateur en son temps.
“La centrale avait déjà pour combustible 50% de bois et 50% de gaz. Le projet consistait à remplacer intégralement la consommation de gaz par de la paille”, explique Renaud Capris, le directeur général de Dalkia Energia.
Le bénéfice est d’abord environnemental. Selon l’opérateur, “cette consommation de paille permet l’économie de 150.000 tonnes d’émission de CO2”. Sur un plan économique, le coût de production n’est dorénavant plus dépendant des fluctuations du prix du gaz, voire d’interruptions de fourniture.
L’usine de Pécs est une centrale de “cogénération”, c’est-à-dire qu’elle produit à la fois de l’électricité et du chauffage à partir d’un combustible unique, en l’occurrence la biomasse. Elle se présente sous l’aspect d’un gigantesque bâtiment de briques noirci, avec une rangée de cheminées. Au lieu de l’odeur habituelle de gaz, c’est l’odeur de la paille qui prédomine autour du bâtiment. Il n’y a pas de rejet de poussières polluantes.
La centrale utilise 400.000 tonnes de copeaux de bois et quelque 200.000 tonnes de paille par an. “La vapeur issue de la combustion de la paille, qui a déjà servi pour produire l’électricité, est réutilisée pour chauffer la ville de Pécs”, explique Ferenc Marton, le directeur de la communication de l’usine.
Le maire de Pécs, Zsolt Pava, se dit “fier” que “la pollution ait disparu” dans sa ville. Il souligne en outre que le bois utilisé est issu d’une production soutenable.
Pour les exploitants agricoles et forestiers de la zone de collecte, un périmètre de 100 km autour de Pécs, la centrale est une manne. Une centaine de petits agriculteurs de la région ont ainsi signé un contrat de fourniture de paille. 
Janos Dietrich, de Dravasztara (60 km au sud de Pécs), a signé pour dix ans. Il a multiplié par dix le chiffre d’affaires de sa ferme. 
“C’est de ce contrat que provient la majorité de nos recettes”, explique-t-il. 

Mardi 29 Avril 2014

Lu 547 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs