Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pays arabes : le jeu de la démocratie favorise les partis islamiques




Dans chaque pays arabe où des élections libres ont eu lieu, les urnes ont donné les islamistes vainqueurs.  Et dire que ceux-ci n’en voulaient pas parce que, disaient-ils, la démocratie est une invention de l’Occident qui cherche à introduire dans les pays islamiques ses lois et principes allant à l’encontre des préceptes de l’Islam. Mais à quelque chose malheur est bon !
Ainsi, les islamistes, contrairement aux idées reçues, auront appris que la démocratie n’est pas l’œuvre de Satan puisqu’elle les a bien servis surtout quand les jeux sont menés régulièrement.
De la Tunisie à l’Egypte en passant par le Maroc, les urnes ont privilégié les partis islamistes, les mettant au-devant de la scène. Si en Tunisie et au Maroc, les formations politiques islamistes qui ont réalisé les meilleurs scores sont considérées de tendance soft, en Egypte, les salafistes ont fait leur irruption « démocratiquement ». Certains pays occidentaux, qui voyaient d’un mauvais œil l’avènement des islamistes dans les pays arabes, n’ont pu que se plier cette fois-ci au verdict des urnes, constatant eux-mêmes que le déroulement des élections s’est effectué normalement. D’aucuns se demandent pourquoi cette percée des islamistes. Il ne faut pas être grand clerc pour le deviner ! C’est tout simplement leur travail de proximité auprès de la population paupérisée qui a donné ses fruits. Et dans une moindre mesure leur action de prosélytisme. Pendant ce temps, il faut le reconnaître, certains partis politiques qui jouissent d’un long parcours militant se sont installés dans une certaine apathie. Il faut dire aussi que les formations islamistes sont vierges politiquement. Certains de leurs électeurs veulent les mettre ainsi à l’épreuve du pouvoir.  D’ailleurs, que ce soit en Tunisie ou au Maroc, les islamistes aujourd’hui vainqueurs des urnes sont conscients que la tâche à  venir est lourde.  C’est pourquoi ils ont cherché à s’allier avec des partis rodés à la chose publique, renonçant au passage à certains de leurs principes immuables, quitte à faire des coalitions avec des formations dites modernistes. Le jeu en vaut bien la chandelle ! Mais qu’en sera-t-il de l’Egypte où les salafistes ont fait leur entrée officielle sur la scène politique égyptienne ? Pourront-ils fouler au pied leurs principes intangibles au nom des intérêts supérieurs de l’Egypte ? Feront-ils fi de leurs intérêts étriqués, mettant aux oubliettes leur sacro-saint discours religieux rigoriste privilégiant la renaissance de l’Islam ?
Il s’agit bien de l’Egypte qui se trouve actuellement dans un  marasme politique et économique !

Youssef BENZAHRA
Mardi 6 Décembre 2011

Lu 786 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs