Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pas de négociations en vue




L'opposition libyenne a rejeté hier toute éventualité de négociations avec le régime de Mouammar Kadhafi, exigeant que le numéro un libyen quitte le pays tout en promettant dans ce cas de ne pas engager de poursuites pénales.
Moustapha Abdeljalil, l'ancien ministre de la Justice qui préside le Conseil national mis en place pour préparer la transition, a déclaré que le numéro un libyen n'avait pas envoyé lui-même d'émissaire, mais que des avocats de Tripoli s'étaient proposés comme intermédiaires pour entamer des négociations.
«Il n'a envoyé personne. Des gens se sont proposés comme intermédiaires pour arrêter le bain de sang et mettre fin à ce qu'endurent les habitants de Misrata», la troisième ville du pays, à 150 km de Tripoli, théâtre de combats à l'arme lourde, a déclaré M. Adbeljalil par téléphone.
«Ces gens sont des avocats militants de Tripoli», a-t-il ajouté.
«Nous sommes évidemment favorables à mettre fin au bain de sang, mais il doit d'abord démissionner, puis il doit partir, et nous n'engagerons pas de poursuites pénales contre lui», a-t-il ajouté, sans préciser si cette immunité avait été suggérée par les avocats de Tripoli.
Un peu plus tôt, un porte-parole de l'opposition avait évoqué une proposition de négociations de la part du camp Kadhafi, et assuré que cette offre avait été immédiatement rejetée.
«Je pense qu'il y a eu une tentative des gens de Kadhafi auprès du Conseil national. Elle a été rejetée», a déclaré Mustafa Gheriani, chargé des relations avec les médias au quartier général de l'opposition, installé dans le tribunal de Benghazi.
«Nous n'allons pas négocier avec lui. Il sait où se trouve l'aéroport de Tripoli et tout ce qu'il a à faire est de partir et de mettre fin au bain de sang», a-t-il ajouté.
Un autre représentant de l'opposition, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, a déclaré à l'AFP qu'un médiateur avait approché le Conseil national lundi mais qu'il n'y aurait pas de discussion tant que M. Kadhafi n'aurait pas quitté le pays.

AFP
Mercredi 9 Mars 2011

Lu 584 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs