Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Parité




La femme marocaine refuse une place au rabais sur la scène nationale, alors que la nouvelle Constitution lui reconnaît son émancipation politique complète!
La nouvelle Constitution reconnaissant la parité homme/femme, la femme réclame haut et fort l’annulation pure et simple de la représentation discriminatoire qui lui a été réservée aux prochaines législatives, et qui la met sur les mêmes listes que les jeunes, selon un projet de Code électoral proposé par le Ministère de l’Intérieur.
Le scrutin de listes soumis par le ministère de l’Intérieur pose des problèmes inextricables aux partis pour contenter leurs militants  pas uniquement les femmes et les jeunes, mais aussi d’autres prétendants qui vont se trouver dans des positions en  queue de listes qui ne les favorisent guère.
Le projet a été soumis à l’appréciation des partis pour donner leur avis avant de le présenter au gouvernement et devant le Parlement pour l’avaliser.
Ce projet ne semble pas faire l’unanimité chez tous les partis qui le trouvent boiteux et osent le dire.
En tout cas, les femmes ne veulent pas renoncer à faire entendre leur voix d’autant que la nouvelle loi fondamentale (art. 19) leur reconnaît les mêmes droits que les hommes.
Par commodité, le ministère de l’Intérieur voudrait regrouper d’autorité, les femmes avec les jeunes, les cadres et autres handicapés sur les mêmes listes. Or, cela n’arrange guère les affaires des femmes, ce qui diminue leur chance d’accéder au Parlement.
Pour défendre leur cause, plusieurs associations se sont constituées. Elles réclament la mise en pratique de la parité homme/femme telle que stipulée par la nouvelle Constitution, c’est-à-dire ne pas encourager les partis à présenter les femmes et les jeunes à la tête des listes nationales en vue de créer la parité et la saine concurrence entre tous les candidats. Ceci afin d’élever le niveau et la capacité des électeurs.
Néanmoins, il y a celles qui proposent que les listes locales soient exclusives aux femmes. Ainsi, il y a de fortes chances que le nombre de femmes soit égal à celui des hommes.
Autrement, les mesures qui tendraient à limiter le nombre de femmes à un pourcentage inférieur dans les prochaines consultations seraient discriminatoires.

Youssef BENZAHRA
Samedi 13 Août 2011

Lu 185 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs