Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Paris n'envisage pas d'intervention militaire en Libye

L'Etat islamique y compte 4.000 à 6.000 combattants




La France n'envisage pas de frappes aériennes ni l'envoi de troupes en Libye, mais elle pourrait aider à "sécuriser le gouvernement" libyen d'union nationale, a déclaré vendredi le chef de la diplomatie française, Jean-Marc Ayrault.
 "Il ne faut pas refaire les erreurs du passé. Si vous imaginez des frappes aériennes, si vous imaginez des troupes au sol, ce n'est pas d'actualité, en tout cas ce n'est pas la position de la France", a déclaré le ministre des Affaires étrangères sur la radio France Info.
 "Par contre, pour sécuriser le gouvernement de M. Sarraj, s'il demande une aide internationale, alors nous l'examinerons. Mais c'est sa décision, il faut respecter l'indépendance de ce pays", a-t-il ajouté.
 "J'ai eu au téléphone hier M. Sarraj, qui m'a invité à venir en Libye. Aussitôt que les conditions seront réunies, je m'y rendrai", a ajouté M. Ayrault.
La France et l'Allemagne ont réaffirmé leur soutien au gouvernement libyen d'union nationale de Fayez al-Sarraj, a indiqué jeudi le président François Hollande à l'issue d'un conseil des ministres franco-allemand, à Metz (est de la France).
 Fayez al-Sarraj tente d'installer son pouvoir à Tripoli avec le soutien de la communauté internationale, dont l'Union européenne, qui a sanctionné de hauts responsables accusés d'"obstruction".
 Mais la situation reste fragile et confuse: le gouvernement parallèle, non reconnu par la communauté internationale, qui contrôlait la capitale depuis août 2014 s'est rallié mais son chef a annoncé qu'il refusait de céder la place.  La France et plusieurs autres pays européens s'inquiètent de la présence en Libye de milliers de combattants du groupe jihadiste Etat islamique, et veulent prévenir un nouvel exode massif de populations vers l'Europe.   "La Libye peut être un chaos et offrir aux passeurs, aux trafiquants de toutes sortes, l'occasion de mettre des populations entières en danger et ensuite de faire arriver en Europe, en Italie ou à Malte, des dizaines de milliers de personnes", a relevé jeudi M. Hollande. Par ailleurs, le commandant des forces américaines en Afrique l'Etat islamique a déclaré jeudi que  le nombre de ses combattants en Libye ces 12 à 18 derniers mois a doublé et y comptent désormais entre 4.000 et 6.000 djihadistes.
 L'Etat islamique est surtout implanté à Syrte, sur la côte méditerranéenne, ville natale de Mouammar Kadhafi. Il est également présent dans l'est du pays, à Derna et Benghazi, et dans l'ouest, à Sabratha, a déclaré le général David M. Rodriguez lors d'un point de presse.
 Le développement de l'EI est toutefois limité par la présence de milices libyennes qui le combattent à Benghazi, Derna et Sabratha, a ajouté le général Rodriguez.  La croissance de l'EI en Libye préoccupe les gouvernements occidentaux qui craignent que le groupe fondamentaliste ne profite de la confusion qui règne dans le pays pour s'imposer comme en Syrie et en Irak.
Les Occidentaux soutiennent le gouvernement d'accord national, mis en place sous la houlette des Nations unies, qui doit prendre la place des deux gouvernements ennemis qui coexistent à Tripoli et dans l'est du pays.
"Le défi pour le gouvernement d'accord national est de les rassembler, d'abord pour l'avenir de la Libye, mais aussi pour se débarrasser de l'EIIL", estime le général Rodriguez qui utilise l'ancien acronyme de l'Etat islamique.
 Il a minimisé la possibilité que l'EI puisse s'emparer en Libye de territoires importants comme en Syrie ou en Irak.
 "Ils n'ont pas les gens du terroir qui connaissent bien la Libye comme ils avaient en Irak et en Syrie", a déclaré Rodriguez.
 Il a précisé que les frappes aériennes américaines contre l'Etat islamique en Libye étaient avant tout dirigées contre les cibles représentant une menace imminente pour les intérêts et le personnel américain.

Samedi 9 Avril 2016

Lu 1255 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs