Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Parcours de militantes aux cimes du pouvoir partisan 11 femmes siègent au sein du Bureau politique de l’USFP




Parcours de militantes aux cimes du pouvoir partisan 11 femmes siègent au sein du Bureau politique de l’USFP
Elles sont la « dream team » socialiste au féminin. 11 femmes qui siègent au sommet, membres de l’instance exécutive de l’Union socialiste des forces populaires. Le parti de la Rose a désormais ses femmes décideuses, entrées au cénacle du pouvoir partisan.
Une victoire sur le chemin de l’égalité. La parité est encore et toujours une (lointaine ?) perspective. Au Bureau politique de l’USFP, elles sont désormais 11 femmes sur les 33 membres qui le composent. La règle du quota, 33%, a été respectée jusqu’au bout. Les militantes se sont progressivement imposées. Au dernier BP, elles étaient six.  Aujourd’hui, leur nombre a doublé, ou presque.  Fini le temps où les Ittihadis tenaient réunion de leur instance exécutive entre hommes. Les militantes étaient alors confinées au secteur féminin ou, dans le meilleur des cas, au Conseil national du parti. Une socialiste s’en souvient comme hier. Les souvenirs s’égrènent, de  la mobilisation pour la réforme de la Moudawana devenue Code de la famille, à l’avènement  de la liste nationale des femmes.
 « La bataille a été rude mais tellement bénéfique pour toutes les femmes de ce pays. C’est bien le secteur féminin de l’USFP, très impliqué dans le mouvement féminin qui a porté très tôt le combat en faveur des droits des femmes », affirme-t-elle devant les images couleur sépia qui défilent.
Le 28 janvier dernier était en quelque sorte jour de rentrée pour ces femmes du Bureau politique de l’USFP. Pour la majorité d’entre elles, c’était  leur première réunion au sommet.  « Résultat du combat des militantes », disent-elles à l’unisson. En politique plus qu’ailleurs, les femmes doivent se battre pour être reconnues et accéder à des postes de responsabilité. L’élection au sein de l’instance exécutive est alors vécue comme une victoire sur le chemin de l’égalité des droits politiques.
A l’occasion de son dernier congrès, l’Union socialiste des forces populaires a fait vœu de renouvellement. Si avec l’accession de Driss Lachgar au leadership de cette formation politique,  une nouvelle génération  est aux commandes, les femmes sont elles aussi aux avant-postes du  renouvellement. 9 sur les 11 militantes élues  siègent pour la première fois au Bureau politique. Seules deux anciennes députées Amina Ouchalh –actuellement édile au conseil municipal de Rabat - et Fatima Belmoudden rempilent pour un nouveau mandat au sein de l’instance exécutive. « Le renouvellement est quasi-total. Et du côté des femmes, si les visages sont nouveaux, ils sont aussi et surtout connus sur la scène politique nationale », soutient l’une de ces nouvelles élues.

Une galerie de militantes
qui refusent d’être des femmes alibi !


Dans cette galerie de femmes politiques arrivées aux cimes du pouvoir partisan, des visages connus, des compétences reconnues, un militantisme à toute épreuve. Et  toutes ont été élues à la commission administrative de leur parti, rappellent-elles en choeur.
Fatiha Saddass est une militante au long cours qui a toujours su résister, dans le silence et loin des feux des projecteurs. Chef d’entreprise dans le civil, cette ancienne secrétaire général du Syndicat des transports, ex-membre du secrétariat national des femmes de l’USFP et l’une des fondatrices de l’Association Jossour, est désormais membre du BP. Elle y apportera à coup sûr son empreinte de battante.
Autre battante nouveau membre de l’instance exécutive de l’USFP, Ouafae Hajji.  Cette activiste des droits des femmes brille à l’international depuis qu’elle préside l’Internationale socialiste des femmes.   Menant de front carrière professionnelle et engagement politique, celle qui est directrice régionale de la banque du Maroc ne s’est jamais départie de son habit militant, allant toujours jusqu’au bout de ses rêves politiques.   
Deux députées trentenaires venues du Sahara, Hasna Abouzaid, la pharmacienne et Rkia Derham, la femme entrepreneuse, ont fait leur entrée au Bureau politique. Deux jeunes femmes qui se sont déjà fait remarquer sous la Coupole pour leur sens de la rhétorique et leur emphase et dont les interventions souvent musclées en commission parlementaire sont particulièrement suivies.
La secrétaire nationale des femmes de l’USFP portera, elle, la voix de celles qu’elle représente jusqu’aux débats de l’instance exécutive. Khadija Qariani, la femme à la robe noire quand elle plaide dans les prétoires, a l’habitude des responsabilités partisanes : elle est l’une des responsables de l’Union socialiste des forces populaires dans la province de Fès. Autre avocate qui a son fauteuil dans la grande salle de réunion qui abrite les travaux hebdomadaires du Bureau politique, Amina Talbi. Une socialiste convaincue qui a déjà donné à voir ses talents au Conseil national sortant.
Deux journalistes accèdent elles aussi au cénacle des dirigeants du parti de la Rose, Badia Radi et Hanane Rihab, toutes deux membres du secrétariat national des femmes de l’USFP. Aux côtés de leurs pairs, les autres femmes du BP, elles font désormais l’événement. Avec probablement cette caractéristique qui tend à la déformation professionnelle : les deux femmes de média de l’instance dirigeante  sont aux premières loges de l’information socialiste ! Au sein de ce nouveau Bureau politique, cherchez la femme syndicaliste et … vous la trouverez en la personne de Saïdia Benshili. Membre du bureau exécutif de la FDT, elle est professeur de philosophie et siège au sein du Conseil supérieur de l’enseignement.
Une « dream team » en talons aiguilles, tailleur ou m’halfa, l’habit sahraoui. En tout cas des militantes qui ont l’habitude de se battre et pas uniquement sur la question féminine. Et elles ont bien l’intention de le faire plus encore pour leur  famille politique. Le Premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires peut se rassurer. Les femmes du Bureau politique de l’USFP ne feront sûrement pas partie du décor.

Parcours de militantes aux cimes du pouvoir partisan 11 femmes siègent au sein du Bureau politique de l’USFP

Narjis Rerhaye
Vendredi 8 Mars 2013

Lu 730 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs