Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Par le biais de Hayat Al Idrissi, nous rendons hommage à toutes les femmes marocaines”

Said El Azzouzi, directeur du Festival de la chanson marocaine




“Par le biais de Hayat Al Idrissi, nous rendons hommage à toutes les femmes marocaines”
Dans le cadre de la 2ème édition du Festival de la chanson marocaine
organisée par la section Rabat-Takadoum de l’Association Chouala pour l’éducation et la
culture, la salle Mehdi Ben Barka vient
d’accueillir la clôture
de la phase éliminatoire
de ce festival régional
rehaussé par  
la participation
qualitative des jeunes
de Rabat , Salé, Temara, Skhirat  et Tifelt.
Durant les moins de
février et mars, 700
participants ont adhéré aux soirées
éliminatoires de cette
édition qui rend
un hommage à l’icône
de la chanson marocaine, Hayat Al Idrissi. Pour comprendre les objectifs et perspectives
de ce festival,
nous avons rencontré
Said El Azzouzi,
membre du bureau
national de
l’Association Chouala
et directeur du festival.


Libé. Quels sont les objectifs du Festival régional de la chanson marocaine qui éteint se deuxième bougie cette année ?

Said El Azzouzi : Comme vous le savez, l’Association Chouala pour l’éducation et la culture est une association culturelle et éducative avec pour objectif l’éducation et la formation des enfants et des jeunes sur la base des fondements de notre identité nationale ainsi que les valeurs universelles de démocratie et des droits de l’Homme. De ce fait, le Festival régional de la chanson marocaine, comme d’ailleurs toutes les activités de l’association, décline cet objectif en ciblant la transmission des valeurs civiques, artistiques et culturelles qu’a toujours véhiculées la chanson marocaine. Nous devons réconcilier la jeunesse marocaine avec le patrimoine musical riche en valeurs et créativité à fin de protéger cet héritage qui nous met devant une responsabilité collective.

L’édition actuelle rend un hommage à la chanteuse marocaine Hayat Al Idrissi. Pourquoi ce choix ?

Par le biais de Hayat Al Idrissi, nous rendons hommage à toutes les femmes marocaines, les artistes surtout. A chaque édition, nous exprimons un moment de reconnaissance à l’une des voix féminines qui ont marqué l’histoire contemporaine de la chanson marocaine. A cet effet, la première édition du festival avait rendu un fervent hommage à la grande Naima Samih, tandis que cette édition est consacrée à l’icône de la chanson marocaine, Hayat Al Idrissi qui mérite plus qu’un hommage vu son style et ses choix engagés et marqués par une grande rigueur au niveau du choix des paroles, des messages véhiculés et des sujets, sans parler bien sûr de sa magnifique voix qui a marqué les esprits de tous les Marocains. Ce sont des qualités entre autres qui ont motivé ce choix que nous estimons juste et qui peut servir de modèle aux jeunes qui ambitionnent de réaliser une carrière artistique.

Comment se sont déroulées les éliminatoires du festival ?

Les soirées éliminatoires se sont déroulées à Khémisset,Tifelt, Salé, Rabat et Skhirat et ont connu la participation de  700 jeunes dont l’encadrement avait été assuré par des parolein , des musiciens et des compositeurs. La phase éliminatoire a finalement débouché sur le choix de 10 voix qui se livreront à une compétition de qualité le 20 avril 2013 à la salle  de Bahnini à Rabat.

Quelles sont les perspectives pour les voix lauréates ou découvertes lors du festival?

Le premier pari était de découvrir de belles voix et de jeunes talents capables de se frayer un chemin dans le monde de la chanson. Le festival constitue une opportunité pour qu’ils dévoilent leurs talents artistiques et aillent à la rencontre du grand public. D’autre part, nous avons veillé sur le renforcement des compétences des jeunes talents dans la cadre d’ateliers artistiques professionnels. Pour ce qui est de l’après festival, l’un des compositeurs offrira trois chansons aux trois premiers lauréats du festival afin de leur donner un élan à l’entame de leur carrière artistique. L’association contribue dans les limites de ses moyens et possibilités, et nous espérons que le ministère de tutelle fera de même pour soutenir et mettre en avant la mine des talents que recèle le Maroc dans différents domaines. Je cite à l’occasion les prestations des Marocains dans les différentes émissions des compétitions artistiques initiées par les chaînes satellitaires arabes.

L’organisation d’un festival avec de tels objectifs nécessite de gros moyens. Avez-vous été accompagnés financièrement ?

Jusqu’à nos jours, le Festival de la chanson n’a reçu aucun appui en attendant la réponse de la délégation régionale du ministère de la Culture, et  la subvention de la commune de Rabat qui nous a toujours accompagnés dans pareilles initiatives.

Propos recueillis par Abdelali khallad
Vendredi 19 Avril 2013

Lu 712 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs