Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Palestiniens et ONG israéliennes dénoncent l'annonce d'une nouvelle colonie juive

Pas de plan B pour les Israéliens et les Palestiniens pour vivre ensemble en sécurité, selon Antonio Guterres




Les Palestiniens et l'organisation israélienne La Paix maintenant ont dénoncé dans la nuit l'approbation jeudi soir d'une nouvelle colonie israélienne en Cisjordanie occupée, la première impulsée par un gouvernement israélien depuis plus de 25 ans.
Le cabinet israélien a donné son feu vert jeudi soir à la construction d'une nouvelle colonie malgré la réprobation internationale et l'appel de l'administration Trump à réfréner la colonisation.
Il s'agit de la première annonce par un gouvernement israélien d'une nouvelle colonie depuis 1991, donc avant les accords d'Oslo, en dehors de la reconnaissance rétroactive en 2012 de trois colonies existantes mais non reconnues par Israël jusqu'alors, a affirmé dans un communiqué La Paix maintenant, ONG israélienne anticolonisation.
"Le Premier ministre (israélien) Benjamin Netanyahu et son gouvernement de coalition extrémiste et raciste persistent dans leurs politiques systématiques de colonialisme, d'apartheid et de nettoyage ethnique en affichant un mépris flagrant pour les droits de l'Homme, l'indépendance et la dignité des Palestiniens", a réagi dans un communiqué Hanane Achraoui, une des dirigeantes de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).
Israël est plus intéressé par les gages à donner aux colons que par la recherche de la paix, a-t-elle estimé.
"Netanyahu est l'otage des colons et place sa survie politique au-dessus des intérêts de l'Etat d'Israël. En cédant aux pressions des colons, Netanyahu conduit Israéliens et Palestiniens tout droit à une réalité à un seul Etat, synonyme d'apartheid", a déploré La Paix maintenant.
Le lobby des colons est très puissant dans la majorité actuelle mais aussi au sein même du Likoud", le parti de droite de M. Netanyahu à la tête du gouvernement considéré comme le plus à droite de l'histoire du pays, a précisé à l'AFP Anat Ben Nun, une des responsables de l'ONG.
Par ailleurs, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a pour sa part exprimé sa "déception" et s'est déclaré "alarmé".
M. Guterres "a constamment souligné qu'il n'existait pas de plan B pour les Israéliens et les Palestiniens pour vivre ensemble en sécurité. Il a condamné les actions unilatérales qui menacent la paix et minent la solution de deux Etats", a ajouté son porte-parole dans un communiqué. "Les activités de colonisation sont illégales au regard du droit international et constituent un obstacle à la paix", selon lui.
La nouvelle colonie approuvée jeudi soir doit permettre de reloger les habitants juifs d'Amona, une colonie de Cisjordanie occupée démolie en février sur décision de la justice israélienne.
Cette nouvelle colonie sera construite dans le secteur de Shilo, une colonie existante située près de l'ancien site d'Amona au nord de Ramallah, a précisé un communiqué du bureau du Premier ministre.

Samedi 1 Avril 2017

Lu 330 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs