Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Pablo Picasso : Parcours d'un homme et d'une œuvre exceptionnels




Né à Malaga (Espagne) sous le signe du scorpion le 25 octobre 1881, mort à Mougins (France) le 8 avril 1973.
En 1897, Pablo Ruiz obtient une mention honorable à l'exposition des Beaux-Arts de Madrid avec un tableau (très académique) intitulé "Science et charité " qui aura la même année une médaille d'or à l'exposition provinciale de Malaga.
Pour tenter de comprendre l'audace, la sensualité et le goût destructeur du jeune Picasso, deux données psychanalytiques : un grand attachement à la mère, Maria Picasso, dont il prend le nom et une revanche à prendre sur le père, José Ruiz Blasco, modeste professeur de dessin.
Pablo Picasso "monte" à Paris en 1900 et dès l'année suivante expose... soixante-quinze tableaux. Il exprime alors la détresse des gens humbles, la tragique condition des pauvres à travers une série de toiles aux tonalités bleues.
A partir de 1905, de nouvelles nuances envahissent sa palette. Ce que l'on a coutume d'appeler "La période rose". Avec "les Demoiselles d'Avignon", 1907, il entre dans l'aventure cubiste dont il prend la tête avec Braque. En 1918, il épouse la danseuse Olga Koklova, dont il va faire des portraits audacieux. C'est aussi une période d'une très belle série de natures mortes, telles que "Mondoline et guitare" et "Nature morte à la mondoline ".
La rencontre avec le surréalisme fait prendre à Picasso conscience du rôle de l'émotion amoureuse dans l'élaboration de son œuvre : formes fantastiques, absurdes parfois, souvent cocasses. C'est l'époque dite des métamorphoses.
Dans les années 30, les droites disparaissent, les courbes et la couleur se chargent de sensualité. Les horreurs de la guerre de l'Espagne imposent à Picasso des formes expressionnistes qui trouvent leur épanouissement dans "Guernica", présenté à l'Exposition universelle de Paris de 1937.
 Il va aussi traiter la sombre tragédie dans la série des "Femmes qui pleurent", "des Femmes assises ". La guerre finie, Picasso exécute un grand nombre de lithographies. En 1946, il s'installe sur la Côte d'Azur à Golfe Juan et au Musée d'Antibes.
Il décide en 1948 de vivre à Vallauris où il s'adonne à la céramique et à la gravure. La naissance de ses enfants, Claude et Paloma, provoque plusieurs peintures de maternité et des portraits pleins de tendresse. Pour     les chapelles de Vallauris, il réalise   de grands panneaux sur le thème "La guerre et la paix". 1954 verra des paysages, des natures mortes, et les célèbres portraits de Jacqueline et de Sylvette. Puis il reprend les sujets de tableaux de grands maîtres : Delacroix et ses "Femmes d'Alger" qui lui inspirent quinze toiles - Vélasquez et "Les Menines" qui donnent pas moins de cinquante variations.
De 1959 à 1961, il s'installe au château de Vauvenargues dont il s'est devenu propriétaire. Il reprend Courbet, Manet. Ainsi du "Déjeuner sur l'herbe", il tirera vingt-sept tableaux.
En 1966, le Grand Palais et le Petit Palais célèbrent son quatre-vingt cinquième anniversaire par une grande rétrospective ; huit cent mille visiteurs consacreront le peintre passionné, le dessinateur sans rival, le graveur incomparable, le céramiste, le sculpteur.
La production est si grande que, de l'aveu même de sa famille et des exégètes les plus scrupuleux, on ne connaît pas le nombre exact de ses œuvres.
Sans doute est-ce prendre un grand risque que de faire un choix et de citer quelques chefs-d'œuvre, même indiscutables. Mais il faut bien se contenter de garder surtout en mémoire les œuvres qui servent de points de repère à un itinéraire dont le seul fil conducteur est une appréhension violente de la réalité et une relation profonde entre l'exercice de la volupté et la réaction artistique.

Abdeslam khatib
Samedi 27 Novembre 2010

Lu 255 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs