Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

PJD et MUR au pied du mur : Quand les donneurs de leçons se font prendre à leur propre piège




Le Mouvement unicité et réforme (MUR) a été éclaboussé la fin de la semaine dernière par un scandale après que deux de ses dirigeants ont été appréhendés par la police en flagrant délit  d’adultère dans une voiture près de la plage de Mansouria à Casablanca. Il s’agit en l’occurrence de Moulay Omar Benhammad et Fatima Nejjar, vice-présidents du MUR.
Acculé au pied du mur et ne sachant à quel saint se vouer, Moulay Omar Benhammad avait prétendu devant la police qu’il est uni à Fatima Nejjar par un acte de mariage coutumier, alors que son mouvement, considéré comme le bras idéologique du PJD, est contre le mariage à la fatiha.
Pour Mohammed El Hayni, le magistrat qui a été destitué par Mustapha Ramid, le mariage coutumier est illégal dans la loi marocaine qui considère que l’une des conditions de la légalité de l’union est la publicité, ce qui n’est pas le cas dans le mariage coutumier contracté en catimini. Par ailleurs, Mohammed El Haini a affirmé que le problème ne réside pas dans les faits reprochés aux deux membres dirigeants du MUR, car il s’agit de leur liberté individuelle, mais il est dû essentiellement au fait que ce mouvement instrumentalise la religion à des fins politiques et que ses leaders se permettent de donner des leçons de morale aux Marocains.
Depuis l’éclatement de ce nouveau scandale, les internautes ont publié sur les réseaux sociaux des vidéos de Fatima Nejjar et de Moulay Omar Benhammad dans lesquelles ils recommandent, par prêches interposés, aux Marocains et notamment aux jeunes de suivre la voie de la vertu et les exhortent à éviter les vices et à ne pas céder aux tentations du diable. Pis encore, ils considéraient même le regard de manière prolongée entre une fille et un garçon comme fornication. Mais comme l’ont écrit plusieurs commentateurs sur les réseaux sociaux, les donneurs de leçons se font prendre à leur propre piège.
Devant la gravité de la situation, le Bureau exécutif du MUR a tenu dimanche une réunion extraordinaire suite à laquelle il a décidé de geler l’adhésion des deux membres de toutes les instances du mouvement conformément à l’article 15 du règlement intérieur, selon un communiqué de presse rendu public après cette réunion. Selon la même source, les deux dirigeants du mouvement ont commis «une violation des principes du mouvement, de ses orientations et ses valeurs. Cette faute gravissime n’empêche pas cependant le  Bureau d’apprécier leur statut et leur apport en faveur de la prédication et de l’éducation ». Le MUR a exprimé par ailleurs son rejet du mariage coutumier et son attachement à la procédure légale pour l’union maritale.
Et comme à l’accoutumée, les partisans de ce mouvement ont entamé hier une campagne désespérée sur les réseaux sociaux pour justifier l’injustifiable comme c’était le cas dans d’autres scandales tel celui de l’ancien ministre chargé des Relations avec le Parlement et la société civile, Habib Choubani et l’ancienne ministre déléguée auprès du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de la Formation des cadres, Soumia Benkhaldoun, ou encore le scandale du mariage coutumier entre le journaliste d’Al Jazeera Ahmed Mansour et une militante du PJD.
D’aucuns ont parlé d’un dossier inventé de toutes pièces surtout à l’approche des élections législatives prévues le 7 octobre prochain pour insinuer que le MUR et partant le PJD est visé et combattu. D’autres ont forcé la dose en faisant le parallèle entre ce scandale et Aïcha, la femme du Prophète qui a été accusée d’adultère avant d’être innocentée. Pis encore, l’idéologue du MUR, Ahmed Raissouni, a tenté, quant à lui, d’innocenter les deux amants en prétextant que la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) poursuivait depuis des semaines Fatima Nejjar, veuve de Jaskini, un dirigeant du MUR mort en 2015, et Moulay Omar Benhammad « en vue d’assurer une victoire sur des dirigeants islamistes », a écrit Raissouni dans un article publié hier. Les islamistes du MUR, et donc du PJD, s’empressent de vouloir étouffer le scandale qui risque d’écorner l’image d’un mouvement fondé essentiellement sur la morale.   

T. Mourad
Mardi 23 Août 2016

Lu 2056 fois


1.Posté par Mourad le 23/08/2016 16:12
Je m'étonne de la révèlation opportune de nombreuses affaires concernant le PJD à l'approche des élèctions législatives. Surement le fruit du hasard.! Quand à la morale, on peut se demander ou elle est passé quand le chef d'un certain partie politique veut légaliser la production, la commercialisation et la vente de canabis au Maroc. Il ne manque plus que ça pour faire officiellement du Maroc un pays de narco traficants au grand damm du peuple marocain et pour le plus grand bien de certaines personnes haut pacées qui vont bien se remplir les poche. En arriver à faire le buzz sur des fais divers qui ont concerné tous les parties politiques comme gagner des élèctions, c'est d'un pathétique! La ficelle est trop grosse et tout le monde le voit.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs