Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

PAM ou pas PAM ? Le PJD ne sait plus sur quel pied danser




Les hostilités lancées par le PJD contre le PAM ont repris de plus belle, contexte électoral oblige. Le chef du gouvernement et néanmoins patron du parti de la Lampe a eu recours, comme à l’accoutumée,  à une vieille antienne : faire du PAM son ennemi juré, le responsable de tout ou presque ; qu'il s'agisse de malheurs ou de défaites électorales.
Intervenant devant l’aile estudiantine du PJD, le week-end dernier, Benkirane n’a fait que réchauffer un  plat plusieurs fois servi aux militants de son parti et aux médias. En fait, pour lui, le PAM n’est qu’un parti fabriqué de toutes pièces  par des gens qu’il a qualifiés de « gangsters » qui visent à reproduire l’exemple de l’ex-président tunisien Ben Ali. Des propos tenus à l’identique, il y a un mois lors d’une activité partisane du PJD. Cette fois-ci, Benkirane a néanmoins révélé un fait nouveau. A l’en croire, les fondateurs de ce parti ont franchi le Rubicon en voulant décimer toute trace de l’islam au Maroc via leur demande de dissolution du PJD et la fermeture de Dar El Hadith El Hassania. « Il a fallu que  l’ancien ministre des Affaires islamiques et des Habous intervienne et sonne l’alarme, sinon, notre pays aurait connu un  autre sort », a-t-il précisé.
Fidèle à son rôle de victime, Benkirane a réaffirmé que son parti a souffert des agissements de ce courant politique autoritariste et qu’il continue à en souffrir tout en précisant néanmoins qu’il y fait face comme il se doit. Une attitude qui ne semble pas de tout repos, selon lui. «Le PJD est un parti sans soutien extérieur ni au sein de l’Etat. Il n’a que Dieu», a-t-il lancé à ses ouailles.  
Benkirane s’est même permis de parler au nom de la société marocaine comme s’il représentait l’ensemble de ses composantes politiques et sociales. Lui qui aime souvent parler du peuple marocain et  des simples citoyens. Deux vocables  qui lui sont chers puisqu’il n’a cessé de les répéter tout au long de ses interventions. D’après lui, la société marocaine considère  le parti du Tracteur comme une entité politique horrible qui ne ressemble nullement aux partis de l’administration créés pour maintenir l’équilibre au sein de la société, estime-t-il.
Le chef du gouvernement a également reconnu, et pour la première fois, le rôle que le Mouvement du 20 Février a joué dans l’échec de ce courant autoritariste en mettant à nu le projet du PAM et de ses fondateurs. Un revirement à 360°  puisque le PJD a toujours prétendu que le salut du Maroc et sa stabilité dans le contexte des Printemps arabes sont dus à son propre parti et seulement à lui. Un discours que lui dispute son allié au gouvernement, le RNI, dont le président Salaheddine Mezouar a déclaré, il y a quelques mois, à Rabat, que la stabilité de l’expérience marocaine post-promulgation de la Constitution de 2011 est due au parti de la Colombe. Notamment après son adhésion au gouvernement Benkirane bis en 2013.
Intervenant lors d’une rencontre nationale des présidents des communes et des conseils régionaux étiquetés RNI,  le patron de ce parti a défendu le rôle joué par sa formation politique  lors de la période qui a suivi le départ de l’Istiqlal du gouvernement en rappelant  que l’expérience marocaine s’était quasiment trouvée au bord du précipice et que c’est grâce au RNI que le pire a été évité et le Maroc est devenu un exemple dans une région marquée fortement par des perturbations et des troubles.

Hassan Bentaleb
Lundi 22 Février 2016

Lu 471 fois


1.Posté par Marwan le 22/02/2016 21:48
Il est vrai, que à tord ou à raison,le PAM est accusé d'être un parti au service du maghzen. En ce qui me concerne je me rappel que l'ex ministre des sport membre du PAM et par aileure homme d'affaire avait conclu un contrat pour offrir un appuie logistique à une société de tabac étranger exercant au Maroc. Dans n'importe quel gouvernement on aurait demandé sur place la démission de ce ministre pour un flagrant conflit d'intérêt d'autant plus grave que c'est le ministre des sport qui est impliqué alors que le Maroc dans le même temps menait une campagne pour sensibiliser les jeunes au danger du tabagisme. Et de quel droit le PAM a demandé la dissolution du PJD? Voila bien un exemple du non respect du jeu démocratique .Le PAM refuse de voir un adversair de taille lui barrer la route. Le PJD a peut être beaucoup de défauts mais lui au moins n'a jamais demandé la dissolution d'un parti politique fusse t'il son plus farouche adversaire.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs