Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ouverture du café théâtre Mogador : Soirée artistique et exposition des œuvres de Tayeb Saddiki




Le Café Théâtre Mogador vient d’être lancé. En effet, cette ouverture qui a constitué l’événement majeur de la semaine a été célébrée avec l’organisation d’une exposition des dernières toiles de Tayeb Saddiki et la participation de plusieurs artistes venus d’horizons différents.
Certes, l’exposition suscitait beaucoup d’intérêt mais le plateau proposé était aussi riche que diversifié.
Les invités représentaient dans leur majorité une certaine élite. Artistes, intellectuels et journalistes étaient venus s’enquérir du nouveau Café théâtre qui sera, à n’en point douter, l’un des hauts lieux de la culture et de l’art à Casablanca. Sauf que l’ouverture de cet espace n’est pas synonyme de l’inauguration du complexe en entier, loin s’en faut. Tayeb Saddiki, l’initiateur du projet, aurait tant aimé que le Mogador ait abouti depuis longtemps, mais faute de moyens, les choses continuent à traîner. Pour ceux qui étaient présents samedi 3 avril, le lancement du Café théâtre permet d’espérer que d’autres réalisations se concrétisent.
Parmi les artistes qui ont animé la soirée, on retiendra le groupe « Rouina », constitué de jeunes  de Hay Mohammadi et qui entendent honorer l’œuvre de Nass El Ghiwane et suivre leurs traces. Il y avait aussi Hasnae Soltane qui a  émerveillé l’assistance en interprétant la célèbre chanson de Fairouz , « Habbaytak fissaif » qui a été très applaudie.
La troupe des Tagada a également fait vibrer l’assistance grâce à ses rythmes enflammés et à l’interprétation d’anciens succès et de chansons récentes.
Mais c’est sans doute Mamoun qui a réussi à emporter l’assistance en interprétant des succès immortels de Jacques Brel dont les amateurs marocains ne se comptent plus. Il faut dire que Mamoun a tout appris : les chansons, les gestes et même quelques grimaces de celui qu’on appelait « Le torrent ». Avec cet artiste l’émotion est toujours garantie. Côté organisation, Mouncef Kettani veillait au grain et était à l’écoute de tout le monde, faisant preuve d’une disponibilité et d’une gentillesse  sans limites. 
Au volet exposition, Tayeb Saddiki a dévoilé ses dernières toiles qui puisent leur beauté de la calligraphie arabe. Ceux qui ne savaient pas que ce dramaturge hors pair est également artiste-plasticien étaient plus qu’étonnés, agréablement s’entend. Ils ont ainsi eu l’occasion de découvrir une autre facette de cet artiste accompli dont le vœu le plus cher est de pouvoir mener à terme son projet, le Mogador.
Mais un pas a été franchi. Grâce aux sollicitudes et aux amateurs de l’art, vrai, il sait pertinemment et avec lui, tout son entourage et ses amis, que le Mogador sera réalisé.


Libé
Samedi 10 Avril 2010

Lu 953 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs