Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ouverture de la 10ème édition du FIFT de Zagora

Un Festival aux couleurs de la reconnaissance de la Rokba




Ouverture de la 10ème édition du FIFT de Zagora
Une cérémonie de gratitude, de reconnaissance et d’hommage a marqué  l’ouverture de la dixième édition du Festival international du film transsaharien à Zagora. Le FIFT vivait au rythme de sa transition, de sa relance et de la réalisation de ses ambitions. Dans une salle archicomble, et en présence de médias nationaux et internationaux, la perle du sud-est rendait un vibrant hommage à trois figures du monde de la création. L’invité spécial n’est autre que le romancier marocain Tahar Ben Jelloul, qui préside également le jury de la compétition officielle. Il a ainsi reçu la Clé de la ville de Zagora.
Ovationné, le prix Goncourt n’a pas caché ses émotions et son faible pour cette cité oasienne, mais aussi sa joie de voir organiser un festival de cinéma dans une ville symbole de ce Maroc profond. Mêmes sentiments exprimés par la comédienne marocaine Fatima Khair et l’Egyptien Abdelaziz Makhyoun. « Le Maroc et l’Egypte ont de nombreux points en commun et entretiennent des relations très solides, c’est pourquoi je suis content à chaque fois je me trouve au Maroc », a déclaré le grand acteur égyptien. Fatima Khair s’est retrouvée doublement gratifiée, d’abord par le trophée du festival, et ensuite par le fait que ce soit la célèbre actrice Naima Lamcharqui qui le lui offre.
La soirée de reconnaissance n’a pas pour autant pris fin, puisqu’il fallait partager un sentiment de compassion avec la troupe locale et nationale de Rokba, de son célèbre maestro Mohamed Kertaoui. Ayant perdu deux de ses artistes récemment, le festival a eu une sincère pensée aux défunts, et exprimé son soutien aux autres membres de la troupe.
Et avant la projection du premier film de la compétition officielle, en l’occurrence le film marocain « Youm ou Lila », du  réalisateur Nawfal Berraoui, le public a fait connaissance des jurys des différentes compétitions, présidés respectivement par Tahar Ben Jelloun (compétition officielle), Ali Oudjana (médias et critique) et Naima Lamcharqui (concours de scénario).
Bien évidemment, la projection a fait planer un silence religieux sur la salle de la culture de Zagora, où les spectateurs ont suivi avec un grand intérêt le premier long-métrage de Nawfal Barraoui.
L’œuvre raconte l’histoire de Yezza (rôle campé par Touria Alaoui), une jeune femme qui a dû quitter son village natal au Souss, pour aller à la recherche de son mari, Houcine à Casablanca, disparu sans donner de ses nouvelles au grand dam de sa femme et de leur petite fille souffrante. A Casablanca, la caméra de Berraoui saisit  l’ errance et les souffrances de cette femme rurale amazighe.

Mustapha Elouizi
Vendredi 22 Novembre 2013

Lu 514 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs