Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ouverture à Kénitra des Journées du cinéma des droits de l'Homme


Projection de films sur “la question des détentions politiques”



Ouverture à Kénitra des Journées du cinéma des droits de l'Homme
Le film "Jawhara, fille de prison" de Saâd Chraïbi a été projeté, jeudi soir à Kénitra, en ouverture des Journées cinématographiques sur le thème des droits de l'Homme, organisées par le ciné-club de Kénitra en partenariat avec la commission régionale Kénitra-Rabat du Conseil national des droits de l'Homme (CNDH).
Trois films, puisés dans un répertoire de six films sélectionnés par le CNDH, seront projetés dans le cadre de ces journées qui se poursuivront jusqu'à samedi.
Le film "Jawhara, fille de prison", sorti en 2003, raconte l'histoire de Jawhara, une petite fille née d'un viol dans une prison, où elle sera contrainte de vivre jusqu'à l'âge de six ans aux côtés de sa mère. Avec son regard innocent, elle observe ce monde carcéral et raconte de sa voix juvénile l'histoire de ses parents, sa mère Safia, et son présumé père Saïd.
Le réalisateur du film, Saâd Chraïbi a déjà réalisé 12 courts, moyens et longs métrages pour le cinéma et la télévision. Ses films ont été projetés dans une centaine de festivals à travers le monde et remporté une vingtaine de prix.
Saad Chraïbi est aussi l'un des coréalisateurs du film collectif "Les cendres du clos"  (Rmad Zriba) (1977).
Les deux autres films programmés durant ces journées sont "La Chambre noire" (Darb Moulay Cherif) de Hassan Benjelloun (2004) et "Mémoire en détention" (Dakirat Mouatakala) de Jilali Ferhati (2004).
Il s'agit d'une rétrospective de films datant de 2003 et 2004, destinée à montrer aux jeunes comment le cinéma marocain a traité "la question des détentions politiques lors des années de plomb", a déclaré à la MAP le président du ciné-club de Kénitra, Mokhtar Aït Omar.
Son association a consacré la tradition d'organiser, en plus de son évènement phare le Festival Sebou du court métrage, des journées thématiques comme les journées "Le cinéma et la femme".  Aït Omar, qui a été parmi les premiers précurseurs du mouvement des ciné-clubs au Maroc et rédacteur en chef de la revue "Etudes cinématographiques", n'a pas écarté la possibilité de monter un festival du cinéma des droits de l'Homme. Mais, a-t-il dit, un tel projet a besoin de suffisamment de fonds pour lui assurer une valeur artistique.
Concernant le Festival Sebou du court-métrage, organisé habituellement au cours du mois de mai, Aït Omar a annoncé que la prochaine version sera plus élaborée et les prix plus relevés.

MAP
Samedi 5 Janvier 2013

Lu 801 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs