Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ould Abdel Aziz porté à la magistrature suprême

A peine élu, il a promis d'être le président de tous les Mauritaniens




Ould Abdel Aziz porté à la magistrature suprême
«Mohamed Ould Abdel Aziz, qui a recueilli 52,58% des voix est élu président de la République », a indiqué le ministre de l'Intérieur Mohamed Ould Rzeizim, après avoir donné les résultats provisoires totaux du premier tour. La participation s'est élevée à 64,58%.
« Les élections se sont déroulées dans de très bonnes conditions. Je félicite les électeurs mauritaniens pour leur esprit de responsabilité et leur civisme », a ajouté le ministre de l'Intérieur, lui-même issu des rangs de l'opposition. « Et j'affirme ici que je n'ai reçu aucune réclamation ou recours mettant en cause la sincérité du vote en dépit d'informations qui nous sont parvenues sur la publication par quatre candidats (de l'opposition) d'un communiqué contestant les résultats du vote», a-t-il souligné.
Le ministre faisait référence aux déclarations des quatre principaux candidats de l'opposition, qui ont dénoncé dimanche matin devant la presse une « mascarade électorale qui cherche à légitimer le coup d'Etat » du 6 août 2008.
Messaoud Ould Boulkheir s'exprimait au nom de trois autres candidats: Ahmed Ould Daddah, Ely Ould Mohamed Vall et Hamadi Ould Meimou, ex-ambassadeur et candidat indépendant. Ils ont demandé aux « entités compétentes » comme le Conseil constitutionnel et le ministère de l'Intérieur de ne pas « accepter la validation » des résultats et au peuple mauritanien de « se mobiliser pour mettre en échec ce coup d'Etat électoral ». Ils accusent le général Ould Abdel Aziz de fraude massive comprenant la « manipulation du fichier électoral », la « corruption généralisée » et l'utilisation de faux documents électoraux.
Selon les résultats totaux provisoires, le président de l'Assemblée nationale et candidat du front anti-putsch Ould Boulkheir arrive loin derrière avec 16,29% des voix. Il est suivi par le chef du principal parti de l'opposition, le Rassemblement des forces démocratiques (RFD), Ould Daddah, avec 13,66%. Le candidat islamiste modéré Jemil Ould Mansour, qui se présentait pour la première fois, décroche la quatrième place avec 4,76% des voix, juste devant Ibrahima Sarr (4,59%), issu de la minorité négro-mauritanienne et qui avait appuyé le putsch.
Le colonel Ould Mohamed Vall, l'ex-chef de la junte (2005-07) qui avait rendu le pouvoir aux civils au terme d'une transition souvent saluée comme exemplaire, et qui fut un temps présenté comme un challenger sérieux du général putschiste, son cousin, ne recueille que 3,81% des suffrages. « Ces résultats sont provisoires et seront transmis au Conseil constitutionnel pour les valider après d'éventuels recours », a précisé le ministre de l'Intérieur.
Lors d'une conférence de presse dimanche soir, le président élu a rejeté toute accusation de fraude.
Dans une salle surchauffée, en présence de ses plus proches soutiens et devant des dizaines de journalistes de la presse locale et internationale que Mohamed ould Abdel Aziz a tenu à s’exprimer quelques minutes à peine après l’annonce des résultats, par le ministère de l’Intérieur. « Je remercie à travers vous l’ensemble des Mauritaniens, a-t-il déclaré aux journalistes dans son introduction. Ma victoire est une victoire contre la pauvreté, la misère, la maladie, l’ignorance », a encore ajouté celui que l’on surnomme ici « président des pauvres ». « Cette élection a été jugée libre, transparente et démocratique.
Je souhaite qu’après ce scrutin on parvienne à mettre notre pays sur la voie du développement et que tous les Mauritaniens pourront en profiter », a-t-il dit. Concernant les accusations de « fraudes massives », le nouveau président mauritanien a réaffirmé que le scrutin s’était déroulé dans de bonnes conditions.
« Je ne me sens pas visé par ces accusations, notre camp n’a pas fraudé ! Les candidats qui parlent de fraudes sont incapables de présenter des cas concrets de fraudes ! », a-t-il martelé.
Il a également affirmé qu'il sera le président de tous les Mauritaniens, appelant à « l'édification du nouvel Etat mauritanien sur les bases de la justice sociale et de la démocratie ».

MFI, MAP
Mardi 21 Juillet 2009

Lu 192 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs