Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Oualalou pour une offre territoriale combinant attractivité économique et cadre de vie

Quatrième Congrès de l’organisation mondiale «Cités et gouvernements locaux unis»




Oualalou pour une offre territoriale combinant attractivité économique et cadre de vie
Les travaux du quatrième Congrès de l’Organisation mondiale «Cités et gouvernements locaux unis» (CGLU) dont le lancement officiel est prévu pour aujourd’hui, se sont ouverts, hier à Rabat, au niveau des commissions et des groupes de travail.
A cette occasion, les participants devaient tenir une série de réunions thématiques axées sur une multitude de sujets d’intérêt, dont la décentralisation, l’autonomie locale, la femme, la migration et les villes intelligentes.  
En marge de ce grand évènement qui rassemble près de 3.000 participants de plus de 100 pays (dirigeants locaux et régionaux, représentants d’organisations internationales et d’institutions financières, ainsi que des partenaires de la société civile et du secteur public et privé), le président du Conseil de la ville de Rabat, Fathallah Oualalou, a plaidé hier, pour l’établissement d’un classement des villes spécifiques aux conditions et à la qualité de vie en Afrique en référence aux pratiques de consommation sur le continent.
«Un indice comparatif, du même type que la parité du pouvoir d’achat utilisé pour les comparaisons macroéconomiques, donnerait une idée plus juste de l’attractivité des villes africaines si les performances de celles-ci sont mesurées dans un contexte de comparaisons internationales plus équilibrées», a expliqué M. Oualalou qui intervenait dans le cadre d’une conférence-débat sous le thème «Améliorer l’attractivité des villes d’Afrique».  M. Oualalou a estimé, à ce propos, que cet indice «donnera des résultats de nature à modifier de manière substantielle la façon dont on regarde actuellement l’attractivité des villes d’Afrique».  Par ailleurs, il a tenu à préciser que l’attractivité des territoires est devenue un indicateur de la capacité de captage des flux de l’économie mondialisée, qui résultent de trois facteurs qui interagissent les uns sur les autres. «Il s’agit de la mondialisation de la production industrielle et des marchés de consommation, le fonctionnement des firmes en réseaux et la métropolisation», a-t-il noté.M. Oualalou a souligné que la richesse des territoires ne provient plus uniquement de la production, mais également de la capacité à garder et capter la richesse créée, ajoutant que les stratégies de développement du territoire ou de la ville doivent prendre en compte des aspects multiples comme l’histoire, la culture, le sentiment d’appartenance et la qualité de vie.
En effet, il faut proposer une offre territoriale qui combine des éléments d’attractivité économique, à travers le développement des filières sectorielles et des pôles de compétence, ainsi que des éléments liés au cadre de vie, notamment la réalisation des infrastructures et équipements.
Par ailleurs, M. Oualalou a relevé que la constitution d’une image de marque devient un élément constitutif puissant des politiques et stratégies de développement des villes, notant que cette pratique n’est pas encore comprise par les villes d’Afrique où les politiques et stratégies restent assez largement traditionnelles. La maire de Rabat a indiqué, en conclusion, que la conciliation entre le besoin de mise à niveau des investissements pour entrer dans la compétition mondiale entre villes et territoires pour l’accueil et la conservation des entreprises et consommateurs, et celui de maintenir la cohésion sociale et la solidarité au sein de la ville ou du territoire n’est pas une alchimie facile. Le Sommet de Rabat, rappelle-t-on, devra permettre aux élus locaux et régionaux, aux techniciens, aux différents  partenaires institutionnels et à tous les participants de se pencher sur le devenir des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) après leur arrivée à terme en 2015 et la mise en place d’un nouvel agenda urbain mondial dans le cadre d’Habitat III en 2016. Lors de ce Sommet, les participants débattront de quatre thèmes impliquant les autorités locales et régionales du monde entier. En l’occurrence l’amélioration de la qualité de la vie, le renforcement de la solidarité entre les territoires, l’accompagnement de la nouvelle gouvernance locale et la promotion de la diversité. Les débats se dérouleront en deux étapes. La première a été initiée en septembre dernier sur Twitter. Pour ce faire, les organisateurs ont «créé un hashtag unique pour chaque thème et une question pour lancer le débat », le participant éventuel devant twitter sur le thème qui l’intéresse. Au cours de la deuxième étape, les quatre thèmes seront l’objet d’un débat lors des tables rondes organisées à Rabat le 3 octobre avec la participation de figures reconnues du monde académique, politique et médiatique.

T.M
Mercredi 2 Octobre 2013

Lu 843 fois


1.Posté par elhoucine lotfi le 02/10/2013 17:36
de l’Organisation mondiale «Cités et gouvernements locaux unis» (CGLU) dont le lancement officiel est prévu pour aujourd’hui, se sont ouverts, hier à Rabat, au niveau des commissions et des groupes de travail.
A cette occasion, les participants devaient tenir une série de réunions thématiques axées sur une multitude de sujets d’intérêt, dont la décentralisation, l’autonomie locale, la femme, la migration et les villes intelligentes.
En marge de ce grand évènement qui rassemble près de 3.000 participants de plus de 100 pays (dirigeants locaux et régionaux, représentants d’organisations internationales et d’institutions financières, ainsi que des partenaires de la société civile et du secteur public et privé), le président du Conseil de la ville de Rabat, Fathallah Oualalou, a plaidé hier, pour l’établissement d’un classement des villes spécifiques aux conditions et à la qualité de vie en Afrique en référence aux pratiques de consommation sur le continent.
«Un indice comparatif, du même type que la parité du pouvoir d’achat utilisé pour les comparaisons macroéconomiques, donnerait une idée plus juste de l’attractivité des villes africaines si les performances de celles-ci sont mesurées dans un contexte de comparaisons internationales plus équilibrées», a expliqué M. Oualalou qui intervenait dans le cadre d’une conférence-débat sous le thème «Améliorer l’attractivité des villes d’Afrique». M. Oualalou a estimé, à ce propos, que cet indice «donnera des résultats de nature à modifier de manière substantielle la façon dont on regarde actuellement l’attractivité des villes d’Afrique». Par ailleurs, il a tenu à préciser que l’attractivité des territoires est devenue un indicateur de la capacité de captage des flux de l’économie mondialisée, qui résultent de trois facteurs qui interagissent les uns sur les autres. «Il s’agit de la mondialisation de la production industrielle et des marchés de consommation, le fonctionnement des firmes en réseaux et la métropolisation», a-t-il noté.M. Oualalou a souligné que la richesse des territoires ne provient plus uniquement de la production, mais également de la capacité à garder et capter la richesse créée, ajoutant que les stratégies de développement du territoire ou de la ville doivent prendre en compte des aspects multiples comme l’histoire, la culture, le sentiment d’appartenance et la qualité de vie.
En effet, il faut proposer une offre territoriale qui combine des éléments d’attractivité économique, à travers le développement des filières sectorielles et des pôles de compétence, ainsi que des éléments liés au cadre de vie, notamment la réalisation des infrastructures et équipements.
Par ailleurs, M. Oualalou a relevé que la constitution d’une image de marque devient un élément constitutif puissant des politiques et stratégies de développement des villes, notant que cette pratique n’est pas encore comprise par les villes d’Afrique où les politiques et stratégies restent assez largement traditionnelles. La maire de Rabat a indiqué, en conclusion, que la conciliation entre le besoin de mise à niveau des investissements pour entrer dans la compétition mondiale entre villes et territoires pour l’accueil et la conservation des entreprises et consommateurs, et celui de maintenir la cohésion sociale et la solidarité au sein de la ville ou du territoire n’est pas une alchimie facile. Le Sommet de Rabat, rappelle-t-on, devra permettre aux élus locaux et régionaux, aux techniciens, aux différents partenaires institutionnels et à tous les participants de se pencher sur le devenir des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) après leur arrivée à terme en 2015 et la mise en place d’un nouvel agenda urbain mondial dans le cadre d’Habitat III en 2016. Lors de ce Sommet, les participants débattront de quatre thèmes impliquant les autorités locales et régionales du monde entier. En l’occurrence l’amélioration de la qualité de la vie, le renforcement de la solidarité entre les territoires, l’accompagnement de la nouvelle gouvernance locale et la promotion de la diversité. Les débats se dérouleront en deux étapes. La première a été initiée en septembre dernier sur Twitter. Pour ce faire, les organisateurs ont «créé un hashtag unique pour chaque thème et une question pour lancer le débat », le participant éventuel devant twitter sur le thème qui l’intéresse. Au cours de la deuxième étape, les quatre thèmes seront l’objet d’un débat lors des tables rondes organisées à Rab

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs