Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Où va l’Egypte ?




Une fois encore la place  Tahrir est prise d’assaut par des milliers d’Egyptiens pas seulement par des jeunes comme la première fois. Cette fois-ci, la principale esplanade du Caire est occupée par des Egyptiens de de tout âge ; il y a des étudiants, des travailleurs, des artistes…Leur mot d’ordre : le départ du maréchal Houssein Tantaoui, président du Conseil supérieur des forces armées et le retour du pouvoir civil.
Pour calmer la rue, le maréchal Tantaoui a nommé un nouveau premier ministre, Dr. Kamal Janzouri, un ancien chef de gouvernement du temps de Housni Moubarak mais qui a gardé bonne presse auprès des Egyptiens. Il est chargé de présider un cabinet  d’union nationale. En même temps, le chef du Conseil supérieur militaire a annoncé le maintien des élections législatives à la date prévue.
La rue ne semble pas satisfaite de ces semi-concessions des militaires  qui se sont pourtant excusés pour les victimes  tombées à la place Tahrir au début de la nouvelle crise. Il faut dire que l’occupation de la place Tahrir s’est faite cette fois-ci dans la douleur. Les forces de l’ordre ont utilisé les gros moyens pour déloger les manifestants. Résultat : des morts et des blessés. Ce qui a fait monter la tension et provoquer de nouveaux mouvements de protestation dans d’autres villes égyptiennes, notamment à Alexandrie. En fait, il y a eu des débordements de part et d’autre. De la part des forces de l’ordre qui ont ouvert le feu sur les protestataires et ceux-ci qui se sont acharnés sur des journalistes étrangers, leur faisant subir des sévices. Il se dit que des agents de l’ancien régime agissent pour semer le trouble dans le pays.  Aussi, il ne serait pas étranger qu’ils soient introduits parmi les manifestants de la place Tahrir pour dévoyer leur mouvement.  Aujourd’hui, l’Egypte se trouve sur une pente raide. Une partie de la population demande le départ du Conseil supérieur des forces armées avec à sa tête, le maréchal Houssein Tantaoui, alors que les militaires affirment qu’abandonner le pouvoir maintenant serait considéré comme une trahison. Comment va se terminer cette confrontation entre la rue et les militaires ? Il serait bien difficile d’en imaginer l’issue !
Ce qui est sûr, c’est que l’Egypte est aujourd’hui confrontée  à une grave crise à la fois politique et économique.
Les amis et alliés de l’Egypte sont contrariés par ce qui se passe actuellement dans le pays des Pharaons.

Youssef BENZAHRA
Lundi 28 Novembre 2011

Lu 631 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs