Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Opérationnalisation de la Constitution : Plaidoyer pour un budget sensible au genre




Opérationnalisation de la Constitution  : Plaidoyer pour un budget sensible au genre
La société civile est déterminée à ce que la nouvelle Constitution soit traduite dans la réalité. L’heure est à son opérationnalisation. Il y va d’un Maroc moderne et démocratique. Les militantes pour un budget sensible et respectueux de l’approche genre sont sur pied d’œuvre. Un collectif associatif a même été constitué, dans le but de plaider pour une budgétisation sensible au genre. Si la Constitution stipule la nécessité d’adopter la démocratie participative dans la gestion de la chose publique et dans tous les domaines,  la réalité vécue laisse encore à désirer. D’où l’importance de davantage d’efforts au niveau de l’élaboration des politiques publiques, leur mise en œuvre et leur évaluation.
Les finances publiques sont la résultante de toutes les composantes, et partant, elles doivent profiter à tous et à toutes, dans un esprit d’équité, d’égalité et de justice sociale. La question qui se pose et s’impose : «La législation financière comporte-t-elle des mesures visant à consacrer l’égalité requise?». Les acteurs associatifs sont catégoriques : non. «Il serait ainsi impératif de procéder à des réformes afin de réparer ce préjudice», souligne-t-on dans le mémorandum élaboré par le collectif des ONG en faveur de la budgétisation sensible au genre. Ce mémorandum met l’accent sur la loi de Finances et la gestion financière en général. Pour le premier axe, le collectif assure que la loi de Finances actuelle présente des lacunes, à même d’entraver la concrétisation de toute justice sociale. La proposition de ce groupement associatif est claire.
Dix-sept articles sont à améliorer. Mais l’article 1 annonce d’ores et déjà la couleur. Le texte défendu serait : «La loi de Finances prévoit, évalue, énonce et autorise, pour chaque année budgétaire, l’ensemble des ressources et des charges de l’Etat, dans les limites d’un équilibre économique et financier, fondé sur l’approche genre et l’approche régionale, qu’elle établit ». Et dans la même optique, le collectif apporte un rectificatif à l’article 33, appelant vivement à ce que la loi de Finances fasse l’objet d’un débat profond, dans le cadre de plusieurs rencontres, avec la participation de la société civile. Par cette proposition, le collectif vise à instituer un texte du budget sensible au genre simple, à la portée de tout le monde avec de nouveaux indicateurs, (âge, sexe et milieu), et prenant en considération également la condition des groupes, fragiles des deux sexes. Ce que beaucoup d’associations civiles reprochent à la loi de Finances, c’est le manque de transparence.

M.E
Jeudi 16 Août 2012

Lu 486 fois


1.Posté par clavier arabe le 17/08/2012 14:22
bien dit ! pour moi je voie clairement que le maroc avance, lentement mais surement.
je suis d'accord avec vous sur cette phrase "c’est le manque de transparence" c'est vraiment un handicape pour tout les domaine.






===========
Sara
http://www.clavier-arabe.ma

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs