Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Opération de régularisation des étrangers, le CNDH fait bilan à part

Driss El Yazami fait cavalier seul et brûle la politesse à quatre hauts responsables




Opération de régularisation des étrangers, le CNDH fait bilan à part
«Mais quelle mouche a donc piqué le président du Conseil national des droits de l’Homme ? » La question n’en finit pas de se poser au sein de tous les départements en charge de la nouvelle politique migratoire lancée par le Maroc. Du ministère des Marocains résidant à l’étranger et de la Migration, en passant par l’Intérieur, les Affaires étrangères et la délégation interministérielle aux droits de l’Homme, tous ceux et celles qui travaillent sur l’opération exceptionnelle de régularisation des étrangers en situation irrégulière  et l’accompagnement de leur intégration sont dans l’incompréhension.  Le président du CNDH,  l’un des principaux partenaires de cette opération de régularisation qui vient tout juste de s’achever, a tout simplement fait le bilan du processus. Seul et avant tout le monde.   Samedi 7 février, le Conseil national des droits de l’Homme a organisé, à Rabat, une journée d’études  sur la thématique de « Migration : Bilan de l’opération exceptionnelle de régularisation et la question de l’intégration des migrants au Maroc ». La rencontre a vu  la participation des associations membres des commissions provinciales de traitement des demandes de régularisation des personnes en situation administrative irrégulière. Organisée 48 heures avant la conférence de presse des ministres Birrou Cherki Draiss, Mbarka Bouaida et le délégué interministériel aux droits de l’Homme Mahjoub El Haiba, organisée lundi soir à Salé,  la manifestation du CNDH a été aussi et surtout une occasion pour Driss El Yazami de «dresser le bilan final de l’opération de régularisation ». En avant-première, le nombre de régularisés, les statistiques selon les nationalités, le hit-parade des régions dites d’accueil, Rabat et Casablanca étant sur les premières marches du podium : tout a été dévoilé samedi. 

Le président du CNDH absent de la conférence de presse

Pourtant, et selon les informations dont nous disposons, le président du CNDH a été informé dès la semaine dernière de la tenue de la conférence de presse devant faire le bilan global et officiel d’une opération qui a vu la présentation  de plus de 27.000 demandes de régularisation par des sans-papiers étrangers provenant de 116 pays et dont 18.000 ont reçu une suite favorable.
Le patron du CNDH, l’institution qui est à l’origine de la recommandation portant sur la régularisation des étrangers en séjour illégal en terre marocaine, n’en a que cure. Il organise sa journée d’études officiellement adressée aux associations concernées par les questions de la migration. Un bilan de l’opération est effectué. Tous les chiffres sont dévoilés. La presse est bien évidemment présente. 
Dans les éditions du lundi 10 février, les journaux répercutent en « une » les chiffres d’une régularisation exceptionnelle. « Plus de 16.000 sans-papiers régularisés » ; « Les régularisations ont triplé en six mois », « Le CNDH dresse le bilan de l’opération de la régularisation », « Plus de 59% des demandes déposées ont été acceptées » : tous les titres reprennent l’événement du samedi, c'est-à-dire les chiffres de la régularisation et les statistiques de l’opération qui ne devaient être révélés que dans la soirée du lundi devant les journalistes de la presse nationale et celle accréditée. D’un ministère à l’autre, la surprise est de taille. Le président du Conseil national des droits de l’Homme a brûlé la politesse à ces hauts responsables en charge du dossier. 
La conférence de presse aura bien lieu et Anis Birrou, Cherki Draiss, Mbarka Bouaida et Mahjoub El Haiba feront même  salle comble. Driss El Yazami n’a pas daigné répondre à l’invitation et faire le déplacement. Boycott ou dédain ?  Il était pourtant là, à la tribune, lors du lancement  il y a un an de l’opération exceptionnelle de régularisation. 
Restent enfin des questions  qui ne trouveront peut-être pas de réponse. Comment El Yazami peut-il faire le bilan d’une telle opération alors qu’un ministère, en l’occurrence celui des Marocains résidant à l’étranger et de la Migration, chapeaute le processus ? Veut-il s’approprier un travail collectif ? Le CNDH veut-il s’accaparer un dossier dont la gouvernance, à travers un partenariat intelligent entre trois départements ministériels (MRE et Migration, Intérieur, Affaires étrangères) et la délégation interministérielle aux droits de l’Homme  a été à la hauteur des enjeux d’une régularisation  privilégiant l’approche humanitaire, juridique et sociale ?
« Et si le CNDH  est l’auteur d’un rapport sur la migration  paru sous le titre « Etrangers et droits de l’Homme au Maroc : pour une politique d’asile et d’immigration radicalement nouvelle », cela ne fait pas de lui le dépositaire exclusif de la question et surtout cela ne l’autorise pas à un tel comportement », conclut  cette source proche de l’opération de régularisation. 

Narjis Rerhaye
Mercredi 11 Février 2015

Lu 1383 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs