Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Omar Hilale : Prévention et règlement des conflits, principaux paradigmes de la politique étrangère du Maroc

Le Royaume œuvre constamment en faveur de la promotion des valeurs de tolérance, de dialogue, de concertation et de négociation




Omar Hilale : Prévention et règlement des conflits, principaux  paradigmes de la politique étrangère du Maroc
L'ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès des Nations unies, Omar Hilale, a affirmé, jeudi à New York, que la prévention des conflits constitue l'un des principaux paradigmes de la politique étrangère du Maroc qui a œuvré constamment en faveur de la promotion des valeurs de tolérance, de dialogue, de concertation et de négociation.
M. Hilale, qui intervenait devant le Conseil de sécurité dans le cadre d'un débat public sur la prévention des conflits, a souligné que «le Maroc a fait de la prévention des conflits un des principaux paradigmes de sa politique étrangère, et constamment œuvré avec engagement et détermination en faveur de la promotion des valeurs de tolérance, de dialogue, de concertation et de négociation en Afrique et au Moyen-Orient».
L'ambassadeur a tenu d'emblée à indiquer que ce débat intervient à un moment où le monde est secoué par de nombreux conflits et l'expansion de l'extrémisme, du terrorisme et du fanatisme avec leur lot de victimes innocentes et d'atrocités condamnables, faisant remarquer que la prévention des conflits, inscrite à l'Article 1 de la Charte des Nations unies, se situe en effet au cœur du mandat des Nations unies.
Mettant en relief la contribution du Royaume à la prévention des conflits, devenue désormais une obligation internationale, le diplomate a rappelé le plan d'action de Rabat relatif à «l'interdiction de la haine nationale, raciale ou religieuse qui constitue une incitation à la discrimination, à l'hostilité ou à la violence», un plan qui revêt, a-t-il dit, une importance d'autant plus soulignée, tenant compte des causes profondes des récents conflits, souvent d'ordre ethnique ou confessionnel.
M. Hilale a également mis en exergue l'importance de la Conférence internationale pour le dialogue des cultures et des religions, à l'occasion de laquelle a été adopté «l'Appel de Fès» qui met notamment en relief le besoin de nouvelles formes d'interaction et d'entente entre les civilisations.
Il a, d'un autre côté, relevé la nécessité de renforcer la médiation comme outil de prévention des conflits, que le Maroc soutient de manière active, et dont l'engagement se traduit notamment par l'initiative lancée conjointement avec l'Espagne sur la médiation en Méditerranée.
Dans la même veine, le Royaume est un membre actif des Amis de la médiation, initiative coprésidée par la Turquie et la Finlande, a rappelé M. Hilale, qui a tenu à exprimer le soutien de Rabat aux efforts du Secrétariat des Nations unies pour la promotion et le renforcement des outils de médiation. 
Le diplomate a, en outre, noté l'importance du rôle des différents mécanismes des Nations unies, notamment les bureaux régionaux de l'Organisation, dans la prévention des conflits, estimant toutefois nécessaire d'accroître les moyens humains et financiers de ces bureaux ainsi que des Envoyés spéciaux du Secrétaire général afin d'assurer le plein succès de leurs mandats.
Car, a-t-il expliqué, malgré leurs apports positifs avérés, ces mécanismes ont eu des difficultés à s'adapter à l'évolution de la nature des conflits, qui sont de plus en plus intra-étatiques, faisant observer que ces mécanismes n'ont pas pu empêcher la situation de s'aggraver, notamment au Sahel, en République centrafricaine et au Soudan du Sud.
Des situations, a poursuivi M. Hilale, qui ont mis en lumière la nécessité d'une approche globale et intégrée de la prévention des conflits, prenant en considération l'évolution de leur nature, avec l'apparition de menaces liées au terrorisme et aux velléités séparatistes, ainsi que leurs causes profondes.
Il serait donc bénéfique de revoir ces mécanismes de manière à leur permettre d'adopter une approche novatrice, et d'impliquer d'autres acteurs qui peuvent également avoir un impact positif, a-t-il insisté.
Etant donné que, in fine, ce sont les Etats qui sont les principaux responsables de la prévention des conflits dans leurs pays, M. Hilale a recommandé l'intensification du soutien accordé aux Etats qui le demandent, notamment en matière d'assistance technique et de renforcement de leurs capacités nationales.
L'ambassadeur a également dit que l'engagement grandissant des organisations régionales et sous-régionales en Afrique mérite d'être réaffirmé, insistant, dans ce contexte, sur le fait que l'intégration régionale s'impose comme un facteur de prévention qui réduit considérablement les risques de conflits.
A cet égard, le diplomate a attiré l'attention du Conseil au fait que les récents événements en Afrique du Nord, en Irak et en Syrie ont bien démontré que les Etats ayant des institutions fortes ont pu éviter des situations de guerres civiles alors que dans d'autres, des groupes armés rivaux s'affrontent, avec des conséquences sur l'ensemble des pays du Maghreb et du Moyen-Orient, confirmant ainsi l'impérieuse nécessité d'un renforcement de la coopération entre les pays voisins.
L'ambassadeur n'a pas manqué de souligner, par ailleurs, que la prévention des conflits passe aussi par une plus grande implication de la société civile, et en particulier des représentants des femmes et des jeunes, qui, selon M. Hilale, doivent être encouragés, car ils peuvent générer un impact positif en matière de promotion du dialogue et de la réconciliation.
La prévention des conflits requiert, somme toute, l'action collective de la communauté internationale, en investissant dans les efforts de concertation, de négociation et de médiation, au lieu d'agir à posteriori, avec le risque d'une aggravation du conflit, a encore dit M. Hilale.
Ces difficultés, a-t-il conclu, peuvent être transcendées par une communauté internationale et un Conseil de sécurité unis, proactifs et engagés, en privilégiant avec volontarisme et détermination le dialogue, la concertation et la négociation. 

MAP
Samedi 23 Août 2014

Lu 736 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs