Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Omar Azziman, lors d'une rencontre à Marrakech : “Le succès de la régionalisation avancée, tributaire de la participation de tous”




La réussite de la régionalisation avancée et du nouveau régime territorial au Maroc demeure tributaire de la participation de tous à ce grand chantier novateur et partant, de rompre avec toutes les pratiques courantes par le passé, a souligné, mardi à Marrakech, le président de la Commission consultative de la régionalisation (CCR), Omar Azziman.
«Le succès du projet de la régionalisation avancée nécessite une forte et large implication, une mobilisation accrue et une participation efficiente et sérieuse des citoyens, ce qui suppose de promouvoir la confiance quant aux institutions territoriales mais aussi, aux femmes et hommes qui auront la responsabilité de gérer les affaires régionales», a dit M. Azziman qui s'exprimait à l'ouverture d'une rencontre régionale destinée à la présentation des grands axes du rapport sur la régionalisation avancée.
«Notre ambition est d'asseoir les bases d'une véritable régionalisation avancée qui garantit la pratique de la démocratie effective, contribue au développement socio économique du Royaume et assure une vie décente pour l'ensemble des citoyens», a affirmé M. Azziman.
Et d'ajouter que le rôle des acteurs politiques demeure de taille notamment, dans le contexte actuel, relevant que l'édification des institutions et l'élaboration de nouvelles lois demeurent nécessaires pour la concrétisation effective de ce grand chantier.
M. Azziman a fait savoir aussi que le Maroc de la régionalisation avancée a besoin d'élites capables de relever le défi, de regagner la confiance des citoyens et de faire montre d'impartialité, de droiture, de sérieux, de compétence et de dévouement au service de l'intérêt général de la nation. Des élites capables d'assumer pleinement leur responsabilité et de rendre des comptes, a-t-il expliqué.
Il a insisté aussi, sur la nécessité pour les partis politiques, les syndicats, les tissus associatifs et les citoyens de faire montre d'un degré élevé de conscience quant au poids des enjeux actuels et futurs et de l'importance de cette étape historique dans laquelle entrera le Maroc.
M. Azziman a insisté, dans ce contexte, sur la nécessité de rompre avec les pratiques anciennes et d'œuvrer avec toute la rigueur requise, pour le choix des élites, la garantie de l'alternance des générations, l'élargissement de la participation féminine, la création de structures régionales, l'élaboration de programmes régionaux et la promotion de la chose politique aux niveaux provincial et régional. «Nous sommes devant un changement historique profond, devant une révolution en velours, et devant l'édification d'une société nouvelle et prometteuse qui aspire à la démocratie impartiale, au développement sûr et à l'égalité effective», a dit M. Azziman, soulignant que la Commission consultative de la régionalisation a proposé la mise en place de mécanismes de leadership et de suivi à même d'établir une évaluation minutieuse et continue.
Et d'ajouter que la régionalisation avancée dans sa conception globale a fait l'objet d'un consensus entre l'ensemble des parties concernées notamment, dans ses volets relatifs aux institutions, à la mission de la région, à sa contribution à l'économie nationale et au développement, et aux mécanismes de la bonne gouvernance, relevant, toutefois, que le point qui a suscité nombre de remarques voire même, de critiques a été celui du découpage territorial.
Il a fait remarquer, dans ce sens, que la Commission consultative de la régionalisation s'est basée dans ce domaine sur nombre de critères, tout en plaçant l'intérêt général du Royaume au cœur des priorités.
Quant aux autres intervenants, ils ont été unanimes à souligner la nécessité de consolider la représentativité, la légalité et la gestion démocratique des conseils régionaux et ce, sur la base de nouveaux rapports entre l'Etat et la région, relevant que ces rapports doivent être désormais fondés sur le principe de participation et non pas de tutelle, avec un accent particulier mis sur le contrôle qui doit se baser à son tour, sur la confiance.
Ils ont insisté aussi sur la nécessité d'une implication effective des citoyens dans la gestion de la chose régionale, tout en accordant au secteur privé tout l'intérêt qu'il mérite notamment, pour l'élaboration et l'activation de programmes, estimant que la régionalisation se doit de servir d'espace pour l'unification et la coordination des politiques de développement, ce qui lui permettra de jouer un rôle stratégique dans le développement global du Royaume.
Ils ont fait observer aussi que la régionalisation avancée au Maroc constitue une initiative politique et volontaire de l'Etat qui ambitionne d'en moderniser les structures pour davantage d'efficience.
Lors de cette rencontre, l'assistance a suivi des exposés sur «les aspects politiques et institutionnels de la régionalisation avancée», «la fonction économique et la contribution de la région au développement», «la bonne gouvernance» et «le découpage régional».

MAP
Jeudi 6 Octobre 2011

Lu 469 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs