Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI


Aides humanitaires larguées à Amerli



Offensive irakienne et frappes américaines contre l'EI
 
L'armée irakienne a lancé une offensive pour briser le siège imposé par l'Etat islamique (EI) à une ville turcomane, tandis que les Etats-Unis menaient des frappes et des largages humanitaires sur la zone.
 Les jihadistes sunnites ultra-radicaux de l'EI sont engagés depuis 2013 dans la guerre en Syrie et mènent depuis le 9 juin une vaste offensive en Irak, proclamant un califat sur les vastes régions conquises dans ces deux pays voisins.
 Le roi Abdallah d'Arabie Saoudite a prévenu que l'Occident serait la prochaine cible de ces jihadistes à moins qu'il n'agisse "rapidement", après que la Grande-Bretagne a relevé, pour la première fois depuis 2011, à "grave" son niveau d'alerte, face à la menace de l'EI.
 En Irak, l'armée appuyée par des miliciens chiites et combattants kurdes, a lancé un assaut pour desserrer l'étau autour de la ville turcomane chiite d'Amerli, à 160 km au nord de Bagdad, assiégée depuis plus de deux mois par l'EI, selon des responsables.
 Les soldats, appuyés par un soutien aérien irakien, avançaient depuis le sud vers la ville tandis que des milliers de miliciens chiites progressaient depuis le nord, selon eux. Ils ont réussi à reprendre 10 villages sur le chemin d'Amerli, et des renforts ont été envoyés.
 Parallèlement, des avions américains, australiens, français et britanniques ont largué samedi de l'aide humanitaire sur la ville, a indiqué le porte-parole du Pentagone, le contre-amiral John Kirby.
 Il a précisé que ces largages étaient accompagnés de "frappes coordonnées à proximité contre des terroristes de l'Etat islamique".
Dans une tribune dans le New York Times, le secrétaire d'Etat John Kerry, attendu dans la région après une réunion de l'Otan les 4 et 5 septembre, a appelé à une "réaction conjuguée conduite par les Etats-Unis et la plus large coalition de nations possible" contre l'EI.
 "Nous ne permettrons pas au cancer de l'EI de s'étendre à d'autres pays. Le monde peut affronter ce fléau, et au bout du compte le vaincre", a-t-il assuré, en dénonçant les intentions "génocidaires" de l'EI.
 L'Australie a annoncé dimanche qu'elle allait aider les Etats-Unis à acheminer des armes aux forces kurdes en Irak.
 Canberra s'emploie avec d'autres nations à atténuer la "catastrophe humanitaire" qui afflige l'Irak et à "répondre à la menace sécuritaire posée par l'EI", a justifié le Premier ministre australien Tony Abbott.
Le président Barack Obama a reconnu jeudi que les Etats-Unis n'avaient "pas encore de stratégie" pour lutter contre ce groupe. Mais M. Kerry a souligné que M. Obama proposerait un plan d'action à une réunion de l'ONU en septembre.
 Se déclarant prêtes à agir "contre les menaces terroristes" de l'EI, les monarchies du Golfe ont demandé "plus de détails" sur la "coalition" réclamée par Washington, après un avertissement du roi saoudien contre le danger de ces jihadistes. "Si on les néglige, je suis sûr qu'ils parviendront au bout d'un mois en Europe, et un mois plus tard en Amérique."
 

AFP
Lundi 1 Septembre 2014

Lu 385 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs