Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Obama tente de convaincre le Congrès

Assad défie encore les Etats-Unis




Obama tente de convaincre le Congrès
Le président américain Barack Obama a lancé une intense campagne de lobbying pour tenter de convaincre les élus sceptiques du Congrès de voter en faveur des frappes contre la Syrie, tandis que le président syrien Bachar Al-Assad continuait à défier les Etats-Unis.
Lundi et mardi, le président Obama, le vice-président Joe Biden et le chef des services de la Maison Blanche vont multiplier les appels téléphoniques à destination de membres de la Chambre des représentants et du Sénat, selon un haut responsable de la Maison Blanche.
"Dans tous les appels et réunions d'information, nous martèlerons le même argument fondamental: si on ne fait rien contre (le président syrien Bashar Al-Assad, l'impact dissuasif de la règlementation internationale contre l'usage des armes chimiques sera affaibli et cela risque d'encourager Assad et ses principaux alliés -- le Hezbollah et l'Iran -- qui verront qu'une aussi flagrante violation des normes internationales n'entraîne aucune conséquence", a indiqué le haut responsable.
A Damas, le président Assad a prévenu encore une fois dimanche que son armée pouvait faire face à toute attaque, après le recul du président Obama qui a repoussé la perspective d'une intervention en demandant au Congrès l'autorisation de frapper.
A Washington, le secrétaire d'Etat John Kerry a assuré que les Etats-Unis avaient reçu et analysé des échantillons prouvant l'utilisation de gaz sarin dans l'attaque du 21 août près de Damas, qu'il a une nouvelle fois attribuée au régime de Damas.
Au Caire, les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, citée par Washington comme un allié potentiel mais profondément divisée sur l'opportunité d'une intervention militaire en Syrie, ont appelé l'ONU et la communauté internationale à "assumer leurs responsabilités" en Syrie.
En revanche, la Coalition de l'opposition syrienne a demandé aux membres du Congrès de "faire le bon choix" en autorisant une frappe contre le régime syrien, afin de "stopper la machine de mort Assad".
La Chambre des représentants et le Sénat américains, en vacances jusqu'au 9 septembre, débattront chacun en séances plénières à partir de cette date, et les sénateurs voteront dans la semaine, s'est engagé Harry Reid, chef de la majorité démocrate.
L'ONU a pour sa part annoncé que les experts chargés d'enquêter sur l'attaque ne tireraient "aucune conclusion" avant le résultat d'analyses de laboratoire qui pourraient prendre jusqu'à trois semaines.
La Syrie est en proie depuis mars 2011 à une révolte populaire devenue guerre civile qui a fait plus de 110.000 morts et a valu à la Syrie d'être suspendue fin 2011 des travaux de la Ligue arabe avant que son siège ne soit réattribué à l'opposition syrienne.
En visite à Damas, un responsable parlementaire iranien a prévenu dimanche que les intérêts américains seraient "menacés" si Washington lançait une frappe contre le régime syrien, allié de Téhéran. 

AFP
Mardi 3 Septembre 2013

Lu 455 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs