Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Obama et les leaders européens pour une mission maritime en Libye


Le cabinet d’union a pris le contrôle de huit ministères



Les dirigeants américain, allemand, britannique, italien et français réunis lundi à Hanovre (nord de l'Allemagne) ont appelé l'Otan et l'UE à travailler en commun "pour maîtriser les flux de migrants" en provenance de Libye, a indiqué la Maison Blanche.
 "Les dirigeants ont (...) appelé l'Otan et l'UE à tirer parti de leur expérience en mer Égée pour voir comment maîtriser de façon ordonnée et humaine les flux de migrants en Méditerranée centrale", a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué diffusé après la rencontre entre les présidents américain et français, Barack Obama et François Hollande, les chefs de gouvernement britannique et italien, David Cameron et Matteo Renzi, et la chancelière allemande Angela Merkel.
 Auparavant, M. Renzi avait déclaré que le président Obama avait donné son "accord" au projet italien controversé prévoyant des patrouilles de l'Otan au large de la Libye pour bloquer l'activité des passeurs et tenter de réduire le flux de migrants vers l'Europe.
Berlin soutient le principe d'une mission navale de l'Otan pour combattre le trafic d'armes, mais aussi de personnes, mais préférerait qu'elle soit sous commandement européen plutôt que de l'Otan.
 "Nous avons une mission navale européenne, l'EUNAVFOR, aussi appelée Sophia, qui est tout à fait efficace", contre les passeurs au large des côtes libyennes, a souligné Mme Merkel à Hanovre, où les discussions entre les cinq dirigeants occidentaux ont abordé la crise migratoire, l'instabilité et l'infiltration islamiste en Libye, d'où quelque 350.000 personnes sont parties en mer pour rejoindre l'Italie depuis début 2014.
 La ministre italienne de la Défense, Roberta Pinotti, avait révélé plus tôt que des préparatifs étaient en cours pour lancer, d'ici trois mois, de premières patrouilles maritimes de l'Otan au large de la Libye. Selon elle, l'Alliance atlantique doit approuver ce plan lors de son sommet de Varsovie le 7 juillet.
Cette mission s'inscrirait dans un plan italien plus large visant à fermer la route maritime occidentale vers l'Europe et à renvoyer les migrants économiques dans leur pays d'origine. En retour, ils bénéficieraient d'une aide financière pour créer, chez eux, des centres d'accueil et de réinsertion.
 L'Italie a demandé qu'une opération existante de l'Otan, Active Endeavour, passe "d'une opération antiterroriste en Méditerranée orientale, en une opération qui englobe les côtes libyennes", selon Mme Pinotti.
 L'Otan mène déjà une opération navale en mer Egée pour combattre les réseaux de passeurs de migrants entre Turquie et Grèce. Mais une opération au large de la Libye serait plus compliquée et potentiellement dangereuse, vu l'instabilité du pays et la présence, sur la côte, de rebelles alliés à l'EI.
 "En mer Egée, il y a un pays membre de l'Otan avec lequel nous coopérons sur la destination finale des réfugiés, mais en Libye non", rappelle la ministre italienne, confirmant que Rome est favorable à l'installation de centres d'accueil des migrants dans leurs pays d'origine.
 La présence renforcée de l'Otan en Méditerranée pourrait décourager les passeurs de migrants, mais selon un expert de la Libye, Mattia Toaldo, il est peu probable que l'Alliance adopte la stratégie australienne et renvoie les embarcations vers leur port de départ: "Il est bon de rappeler que la Libye n'a pas signé la Convention de Genève et que les conditions dans ses centres de détention sont effroyables".
Par ailleurs, le gouvernement libyen d'union nationale soutenu par les Nations unies a annoncé lundi avoir pris le contrôle administratif de sept ministères à Tripoli dont celui des Affaires étrangères.
 Ce nouveau gouvernement, dont les dirigeants ont dû arriver à Tripoli par bateau le mois dernier parce que l'espace aérien avait été fermé par l'équipe en place dans la capitale, doit remplacer les deux gouvernements qui se disputent le pouvoir depuis 2014 : celui de Tripoli et celui de Tobrouk, dans l'est du pays.

Libé
Mercredi 27 Avril 2016

Lu 1039 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs