Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Obama écarte de nouvelles sanctions contre Téhéran

Victoire de la Maison Blanche sur le Congrès




Obama écarte  de nouvelles sanctions contre Téhéran
Barack Obama semble avoir remporté une première bataille contre les parlementaires du Congrès américain qui tentent d'imposer de nouvelles sanctions contre l'Iran, une initiative qui torpillerait selon le président la voie diplomatique ouverte à Genève entre Téhéran et les grandes puissances.
Comme un défi à la Maison Blanche, 59 des 100 élus du Sénat américain, dont 16 démocrates, avaient apporté leur signature à une législation déposée en décembre et qui vise à forcer la main de l'exécutif américain pour imposer des sanctions au cas où Téhéran ne respecterait pas l'accord intérimaire sur le nucléaire iranien, ou refuserait de démanteler ses installations nucléaires.
Le président a promis d'y opposer son veto, sans toutefois convaincre grand monde jusqu'à présent.
Mais deux des 16 démocrates signataires ont publiquement changé de position après le discours sur l'état de l'Union de Barack Obama, mardi soir. De source proche des manœuvres en coulisses entre Maison Blanche et Congrès, on explique que plusieurs démocrates étaient gênés à l'idée de voter contre un président issu de leur propre parti.
La nouvelle menace de veto de Barack Obama, répétée avec force mardi lors du discours le plus solennel de l'année, semblait, pour le moment, avoir mis un frein à la législation.
La Maison Blanche avait lancé une campagne intense contre le projet de sanctions. L'administration craignait qu'une telle initiative unilatérale soit vécue comme une provocation et preuve de mauvaise foi à Téhéran, renforçant les plus conservateurs au sein du régime iranien.
Une coalition d'environ 70 associations pacifistes, religieuses et autres ONG s'était aussi mobilisée, afin d'inonder les bureaux des parlementaires de messages, lettres et coups de téléphone pour les dissuader de voter pour les sanctions.
Ce répit ne saurait constituer une victoire finale. La pression des faucons devrait s'accentuer à l'approche de la conférence annuelle du plus grand lobby américain pro-Israël (AIPAC) en mars, en présence du Premier ministre Benjamin Netanyahu.
Le sénateur républicain Mark Kirk, coauteur de la législation, a promis de continuer à se battre pour que le Congrès adopte ce qu'il appelle "une police d'assurance" contre tout mauvais coup de Téhéran.
La Maison Blanche s'oppose d'abord à une clause qui requerrait que l'Iran démantèle complètement son infrastructure nucléaire, une exigence irréaliste, selon Barack Obama.
Mais il est possible, martèle-t-il, d'inverser les progrès nucléaires réalisés par l'Iran, de façon vérifiable.
Dans son discours de mardi, Barack Obama a cherché à convaincre les indécis qu'il serait le premier à ordonner des sanctions contre Téhéran en cas d'échec de la voie diplomatique --qui a une probabilité de réussite de 50%, a-t-il dit précédemment.
Il a aussi promis d'être "lucide" dans les discussions avec un pays que Washington accuse d'être un "sponsor" international du terrorisme mondial, via le Hezbollah.

AFP
Vendredi 31 Janvier 2014

Lu 738 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs