Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

ONU-Femmes salue les avancées du Maroc et préconise davantage d'efforts

Lutte contre les violences faites aux femmes




Le Maroc a enregistré des avancées importantes en matière de lutte contre les violences faites aux femmes, mais des défis restent à relever, notamment pour la promotion de l'accès des femmes à la justice, la lutte contre l'impunité des auteurs de violences et la mise en place d'une politique préventive, a souligné la représentante du Bureau multi-pays de l'ONU Femmes pour le Maghreb, Leila Rhiwi.
Dans un entretien à la MAP à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes, célébrée le 25 novembre, Mme Rhiwi a relevé qu'une évolution des modèles comportementaux des hommes et des garçons doit aussi être privilégiée, outre la réalisation de l'égalité des genres.
"Nous sommes très attentifs au processus d'élaboration du projet de loi 103-13 relative à la lutte contre la violence à l'égard des femmes, pour qu'il soit conforme aux standards internationaux et qu'il offre une protection multisectorielle et efficace à toutes les femmes et dans toutes les situations de violence", a-t-elle assuré.
ONU Femmes, a-t-elle signalé, prône également un accès plus large, pour les victimes ayant survécu à la violence, à des réponses de qualité par les services de prise en charge, notamment en matière de sécurité, d'hébergement, de santé et de justice.
Mme Rhiwi a salué les progrès du Maroc dans la lutte contre ce fléau, en particulier l'adoption de la Constitution de 2011 et la réforme partielle du Code pénal qui a abouti d'un côté à l'aggravation des sanctions pour les cas de violence conjugale et de viol, et de l'autre côté à l'incrimination du harcèlement sexuel en le définissant comme abus d'autorité.
Elle a aussi évoqué la réforme du Code de la famille ayant garanti une protection plus large aux femmes, notamment à travers l'élévation de l'âge du mariage et la suppression de l'obligation de tutelle, outre la mise en place d'un fonds d'entraide familiale au profit des femmes pauvres divorcées.
Relevant que des cellules d'accueil des femmes victimes de violence ont été créées au sein des tribunaux de première instance, elle a néanmoins déploré que "les violences survenues dans les lieux publics sont rapportées à une autorité compétente dans seulement 17,4% des cas et uniquement 3% en ce qui concerne les violences conjugales, selon une enquête du Haut-commissariat au plan (HCP) menée en 2011".
Sur les suites données aux plaintes contre la violence conjugale, elle a fait observer que "la majorité des plaintes finissent par l'établissement d'un procès-verbal (25%) ou par la conciliation entre les conjoints et la renonciation à la poursuite (38%)", ajoutant que "seulement 1,3% des auteurs sont arrêtés et 1,8% sont inculpés suite aux plaintes déposées".
Des unités de prise en charge des femmes victimes de violence ont certes été récemment créées au sein des hôpitaux au Maroc, mais le recours à ces structures reste plutôt limité, a-t-elle noté, précisant que ces unités ont accueilli 13.012 femmes en 2014, un chiffre qui, d'après elle, est loin de refléter l'ampleur du phénomène de la violence physique et sexuelle.
Elle a rappelé que les principaux chiffres sur la violence à l'égard des femmes au Maroc sont issus de l'enquête de la prévalence réalisée par le HCP en 2009 avec l'appui de l'ONU Femmes. Selon ses résultats, près de 6 millions (62,8%) des femmes au Maroc, âgées de 18 à 64 ans, ont subi un acte de violence sous une forme ou une autre durant les douze mois ayant précédé l'enquête, dont 3,8 millions en milieu urbain et 2,2 millions en milieu rural.
ONU Femmes appuie les efforts du Maroc notamment sur le plan normatif, en vue d'harmoniser la législation nationale avec les instruments internationaux, dont la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes (CEDAW), la Déclaration et le programme d'action de Beijing et, plus récemment, les Objectifs de développement durable (ODD).
L'organisation œuvre également en partenariat avec le ministère de la Justice et des Libertés pour l'amélioration de l'accès des femmes à la justice, ainsi qu'avec le ministère de la Solidarité, de la Femme, de la Famille et du Développement social pour la mise en œuvre du Plan gouvernemental pour l'égalité, notamment dans son volet de lutte contre les violences faites aux femmes, a-t-elle indiqué.
Elle a par ailleurs ajouté que des partenariats avec des organisations de la société civile ont récemment conduit à la création d'un réseau national de plus de 60 centres d'écoute et d'orientation pour les femmes victimes de violence, au renforcement d'un centre multifonctionnel dédié à cet effet à Fès et d'un centre d'hébergement et d'insertion professionnelle des mères célibataires à Casablanca.
Et de conclure que la lutte contre le harcèlement sexuel et les violences dans les espaces publics urbains est au cœur de deux partenariats stratégiques avec les villes de Rabat et de Marrakech dans le cadre de l'initiative "Des villes sûres et sans violence à l'égard des femmes".
 

Mercredi 25 Novembre 2015

Lu 650 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs