Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelles incitations fiscales pour conforter la position du Maroc comme destination privilégiée pour le tournage de «Blockbusters»




Fort de ses indéniables atouts de stabilité et d'emplacement stratégique, le Maroc s'est imposé au cours des dernières années en tant que destination privilégiée pour le tournage de nombreux «blockbusters»  étrangers, avec un impact positif sur l'industrie cinématographique nationale. Le Royaume a, en effet, toujours offert des avantages attrayants pour les producteurs de films étrangers. Aujourd’hui, ce n’est plus que des paysages pittoresques, de la stabilité politique ou encore un environnement favorable à la production que le Maroc offrira aux grands producteurs de films étrangers. Ces derniers pourront désormais bénéficier d’une subvention de l’Etat marocain : une remise de 20% sera, en effet,  accordée sur certaines dépenses liées aux nouvelles productions étrangères qui effectueront leur tournage au Maroc. Ce nouveau système de crédit d'impôt a été approuvé, mardi dernier, dans le cadre de l'adoption du Projet de loi de Finances 2016 par le Parlement.
Dans quelques mois, cette loi entrera donc en application, après adoption du décret et les producteurs étrangers seront sans doute beaucoup plus nombreux à poser leurs valises au Maroc. Il est même fort probable qu’ils se bousculent au portillon. Le Centre cinématographique marocain (CCM) envisage d’entamer une opération de communication auprès des investisseurs étrangers en février à l’occasion du Festival de Berlin.
 «Cette mesure, qui bénéficiera aux producteurs de films étrangers, se calque sur le modèle en vigueur dans 46 Etats sur 51 pays accueillant des tournages de films étrangers», explique le directeur du CCM Sarim Fassi Fihri. «Le principe, c'est d'encourager les productions étrangères à venir tourner au Maroc», confie-t-il  au «HuffPost Maroc».  «Les productions étrangères auront une subvention de 20%, en fonction de leur investissement, sur certaines dépenses éligibles (contrôlables et fiscalisées) comme les grosses factures d'hôtels, de transport, de matériel de tournage... C'est-à-dire tout ce que l'Etat peut récupérer ensuite en impôts», précise le directeur du CCM, notons que les frais de repérage ou de figuration (les figurants sont généralement payés en cash) ne seront pas concernés par cette mesure».

M.O
Vendredi 18 Décembre 2015

Lu 877 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs