Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelles discussions à l'ONU sur la MINURSO


La crise avec le Maroc abordée ce lundi lors du déjeuner de Ban Ki-moon avec les membres du Conseil de sécurité



Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon va aborder la crise avec le Maroc avec les 15 membres du Conseil de sécurité ce lundi à l'occasion d'un déjeuner, a indiqué vendredi son porte-parole.
«Le dialogue se poursuit avec le Conseil» à ce sujet ainsi qu'avec les autorités marocaines, a précisé Stéphane Dujarric.
Le sujet sera «en tête de l'ordre du jour» du déjeuner informel mensuel avec les 15 ambassadeurs du Conseil lundi, a souligné le porte-parole. Il a suggéré que les 15 pays devraient clarifier leur position après une réunion infructueuse du Conseil jeudi soir.
«Nous espérons toujours pouvoir sauver la MINURSO et restaurer nos relations avec le Maroc», a-t-il ajouté. Il a indiqué que le Maroc avait assoupli un peu sa décision d'expulser 84 membres de la MINURSO à la suite de déclarations controversées de M. Ban. Après avoir donné trois jours à ces experts civils pour partir, Rabat leur a accordé «quelques jours de plus».
L'ONU estime que s'ils partent, la MINURSO sera incapable de remplir son mandat. Le Maroc a aussi supprimé sa contribution financière de trois millions de dollars couvrant les besoins en nourriture et logement des 500 Casques bleus, civils et militaires, de la MINURSO.
Saisi de l'affaire jeudi, le Conseil de sécurité n'a pas réussi à adopter une position commune, laissant à chacun de ses membres le soin de traiter individuellement avec le Maroc pour tenter d'apaiser cette querelle. A la fin de la réunion, le président du Conseil, l'ambassadeur angolais Ismael Gaspar Martins, n'a pas eu un mot de soutien pour M. Ban ni pour enjoindre Rabat à revenir sur sa décision.
Selon des diplomates, France, Espagne, Japon, Egypte et Sénégal notamment ont pris le parti de Rabat.  L'ambassadeur français François Delattre a indiqué vendredi à des journalistes que Paris voulait «faire baisser la tension». «Pour l'instant, a-t-il dit, l'important est que le Maroc et l'ONU aient un dialogue, serein, respectueux et approfondi. C'est notre priorité numéro un».

 

Lundi 21 Mars 2016

Lu 1200 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs