Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Nouvelles avancées vers un vaccin universel contre la grippe




Nouvelles avancées vers un vaccin universel contre la grippe
Le virus de la grippe change chaque année et le vaccin doit donc s'adapter, mais deux études importantes publiées lundi pourraient accélérer le développement d'un vaccin antigrippal universel.
Véritable "Graal" de la recherche sur la grippe, la mise au point d'un vaccin unique protégeant contre toutes les souches de virus grippaux, fait l'objet de recherches depuis plusieurs années, sans qu'aucun vaccin n'ait à ce jour été testé sur l'homme.
Deux études distinctes, publiées dans la revue britannique Nature et la revue américaine Science, rapportent avoir démontré "la preuve de concept" de vaccins universels sur des souris, des furets et des singes, un résultat accueilli très favorablement par plusieurs experts qui soulignent toutefois qu'une arrivée dans les pharmacies du nouveau vaccin n'est pas pour demain. Les deux équipes de chercheurs ont concentré leurs recherches sur l'élément du virus qui est la principale cible des anticorps: l'hémagglutinine. Cette protéine, présente à la surface du virus de la grippe, permet sa fixation sur les cellules de l'organisme.
Dans l'étude publiée dans Nature, des chercheurs de l'Institut américain des allergies et des maladies infectieuses, précisent avoir testé avec succès leurs vaccins sur des souris et des furets, des animaux qui présentent les mêmes symptômes que l'homme.
Les vaccins traditionnels contre la grippe utilisent des virus entiers inactivés (injectables) ou atténués (spray nasal) et doivent donc être mis à jour chaque année en fonction des souches qui circulent dans l'autre hémisphère.
Les virus de la grippe évoluent en permanence, grâce à des phénomènes de glissement antigénique (mutations de gènes entraînant des modifications mineures) et de cassures (qui entraînent des modifications plus importantes)
Mais plutôt que de cibler la tête de l'hémagglutinine, en constante mutation, les chercheurs ont ciblé la tige de cette protéine, beaucoup plus stable.
En liant cette base provenant d'un virus A(H1N1) à des nanoparticules et en la combinant avec un adjuvant, ils ont réussi à immuniser les souris et les furets avant de leur injecter des doses létales de virus A(H5N1).
Bien que la vaccination n'ait pas réussi à neutraliser complètement le virus H5N1, elle a protégé complètement les souris et partiellement les furets.
"Cette découverte représente un pas important vers le développement d'un vaccin antigrippal universel", a indiqué à l'AFP Gary Nabel, le responsable de l'étude qui estime que les composants de son vaccin ne devraient pas dans un premier temps remplacer les vaccins traditionnels mais seulement les "compléter". Dans une autre étude publiée dans la revue américaine Science, un groupe de chercheurs dirigés par Antoinette Impagliazzo du Crucell Vaccine Institute, un Institut de recherche du laboratoire Janssen, a rapporté avoir testé un vaccin qui a conféré une protection complète à des souris et une réponse immunitaire large sur des singes.
Ils ont eux aussi travaillé sur la base de l'hémagglutinine en s'efforçant de trouver des configurations capables de se lier à des anticorps monoclonaux à large spectre, ciblant de multiples souches virales.
"Le candidat final baptisé mini-HA a démontré une capacité unique à provoquer une réponse immunitaire large et protectrice chez les souris et les primates non humains", soulignent les chercheurs qui estiment eux aussi avoir progressé en direction d'un vaccin anti-grippal universel.
"C'est un développement passionnant" note pour sa part Sarah Gilbert, un professeur de vaccinologie à l'Université d'Oxford. "Mais les nouveaux vaccins devront encore faire l'objet d'essais cliniques pour voir comment ils fonctionnent chez les humains (...), ce qui risque de prendre plusieurs années", ajoute-t-elle.
"Pour une véritable protection universelle, il faudra s'assurer de la protection conférée par d'autres souches virales", relève de son côté le Dr Garry Lynch, un expert australien.
Pour Bruno Lina, professeur de virologie à Lyon et directeur du Centre français de référence sur la grippe, "il s'agit d'une piste de travail intéressante".
Mais il note également que les souris ont une réponse immunitaire très différente de celle des humains et qu'"on ne peut pas affirmer qu'on sera en mesure de fabriquer rapidement un vaccin protégeant l'homme".

Par Elisabeth Zingg
Jeudi 27 Août 2015

Lu 430 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toute circonstance, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










www.my-meteo.fr

Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs